Vous êtes ici

Des nouvelles de... Rodrigue Mels : « Un nouveau départ »

19
04
12

(Sujet réalisé le 19.04.2012)

Après deux années compliquées en Grèce, avec une dernière saison écourtée, Rodrigue Mels (1,86 m, 27 ans) est arrivé dans l’anonymat à Châlons-Reims. Et plus la saison avance, plus le Guadeloupéen semble monter en puissance. Prochaine étape : vendredi, avec la réception d’Evreux.

Dans votre victoire contre Lille le week-end dernier, 82-69, tu as signé ton record en carrière avec 30 points, à 10/16 aux tirs. Avais-tu senti avant le match que tu étais chaud ?

C’était le week-end de mon anniversaire (match le vendredi et Rodrigue fêtait ses 27 ans le dimanche) donc j’avais ma famille avec moi, il y avait beaucoup de motivation. Surtout c’était un match très important, on était bien motivé avec l’équipe, le coach nous avait bien préparé toute la semaine.

Tu tournes à 14,4 points cette saison, une moyenne qui monte à 17,9 points sur les douze derniers matches. Comment expliques-tu cette montée en puissance ?

C’est un ensemble de plusieurs choses. Déjà j'ai la confiance du coach, ensuite la confiance de mes coéquipiers, puis je suis en forme. Donc tout ça compilé, ça va plutôt bien. Avant j’ai été blessé pendant un moment donc il est normal que j’arrive plus en forme maintenant.

Après ton expérience en Grèce, est-ce que cette saison correspond à ce que tu attendais ?

Je retrouve le plaisir de jouer au basket, d’avoir de bons coéquipiers, un bon coach, de bons dirigeants ; ça fait vraiment plaisir ! J’avais un petit peu perdu ça ces deux dernières années. En Grèce, à cause de la crise, l’équipe était dispersée. Là, cette année, je retrouve l’ambiance d’une équipe, ce qu’on appelle l’esprit d’équipe.

Peut-on parler de nouveau départ ?

Il y a une satisfaction personnelle quand même. Oui, c’est un nouveau départ pour moi, par rapport à tout ce qu’il s’est passé en Grèce.

Concernant l’équipe, vous restez sur quatre victoires consécutives. As-tu le sentiment que vous pratiquez actuellement votre meilleur basket ?

Oui, je pense que c’est le moment. On est bien en confiance, on se comprend bien entre coéquipiers. Je suis sûr qu’on a les mêmes objectifs, ça se ressent sur le terrain. On est dans une bonne dynamique.

La victoire contre Boulazac, avec la manière (90-69), a-t-elle agi comme un déclic ?

Bien sûr. Ce genre de match met totalement en confiance. Il y a Boulazac, et après on va à Limoges et on les bat chez eux, il faut aller le chercher quand même ! On prend comme une double-confiance avec ces deux matches.

+21 contre Boulazac et une semaine plus tard un succès à Beaublanc. Ces huit jours vous ont-ils fait réaliser certaines choses ?

On était un peu surpris parce qu’on s’est découvert en fait. On a pris plus de confiance, on s’est rassuré. C’est une prise de conscience de notre potentiel. Et ensuite on n’a fait que confirmer contre Lille. Maintenant il nous reste quatre matches, il faut simplement finir la saison et continuer de bosser. IL ne faut pas prendre la grosse tête.

Le CCRB est troisième, avec un seul succès de retard sur Boulazac et le point average sur le BBD. Est-ce que votre coach, Nikola Antic, parle de la deuxième place ?

Pas vraiment. En ce moment, il parle du match contre Evreux ce week-end. Vraiment, c’est chaque chose en son temps. S’il y en a un qui fait un faux-pas, c’est mort ! On ne pense pas trop aux playoffs. Si on perd les matches à venir, là, on n’est plus rien, ça peut aller très vite de l’autre côté. Quand les playoffs arriveront on sera prêt mais on se prépare petit à petit.

Au match aller, pour la deuxième journée, vous aviez lourdement chuté à Evreux (72-91). Qu’est-ce que ça t’inspire ?

On était une équipe jeune dans le sens où on ne se connaissait pas, on apprenait à jouer ensemble, ce qui est totalement différent. Nous, notre point fort est la défense, et ça prend du temps à mettre en place. Mais on peut encore faire mieux au niveau de la défense, on la travaille tous les jours.

(Source : lnb.fr)


(Sujet réalisé le 20.04.2012)

Rodrigue Mels : « J'ai été vendeur dans un magasin de sport après la Grèce »

Rodrigue Mels revient avec nous sur sa courte et difficile expérience en Grèce et sa saison avec le CCRB.

BasketActu : La saison dernière, tu as commencé l’année en Grèce avec l’AEK puis tu as quitté le club 6 mois plus tard. Comment ça se fait ?

Rodrigue Mels : Ça ne s’est pas très bien passé puisque j’ai fini par démissionner. Je suis parti simplement parce qu’on n’était pas payé. Les dirigeants continuaient à dire « Vous serez payés le mois prochain » mais on n’a jamais rien eu. La plupart des étrangers sont partis. Ils en ont fait venir d’autres avec les mêmes mensonges.

BasketActu : Ces étrangers n’étaient pas au courant de la situation ?

R.M. : Non pas du tout, ils arrivaient en pensant que tout allait bien mais ils déchantaient vite. C’est une situation particulière à l’AEK. Disons que d’autres clubs ont des problèmes financiers mais ce club-là est quand même le pire. Niveau réputation, c’est l’un des plus gros clubs de Grèce avec le Pana et l’Olympiakos. Mais financièrement, c’est un gouffre.

BasketActu : Comment s’est passé la séparation ?

R.M. : Mon agent a discuté avec les dirigeants mais c’était vraiment le bordel. J’ai dû payer moi-même mon billet d’avion pour rentrer.

BasketActu : Et sportivement, ça se passait comment ? J’imagine que la motivation devait être proche de zéro.

R.M. : Ça a été dur parce qu’on a changé trois fois de coach. Même eux se barraient. Le dernier coach qu’on a eu a réussi à motiver le groupe. On le sentait plus de notre côté que de celui des dirigeants. Il comprenait la situation.

BasketActu : Tu as finalement passé 6 mois sans jouer à la suite de cela et cette saison tu as signé à Reims-Châlons. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour retrouver un club ?

R.M. : J’étais complètement dégoûté et j’ai décidé de rentrer en Guadeloupe et d’y rester pour la fin de la saison. J’ai cherché du travail et je continuais de jouer.

BasketActu : Du travail ? Tu as bossé dans quoi ?

R.M. : J’ai été vendeur dans un magasin de sport.

BasketActu : Et tu jouais où ?

R.M. : Je jouais avec mon ancienne équipe pour garder la forme. Ça correspond à un niveau N1.

BasketActu : Ça doit être frustrant de devoir faire vendeur alors que quelques mois plus tôt, tu étais basketteur professionnel ?

R.M. : Dans ce genre de situation, tu n’as pas le choix. Il faut bien survivre, je ne touchais plus rien et je n’avais pas été payé durant mon séjour en Grèce. J’ai voulu tout recommencer à zéro, je ne voulais plus penser à la Grèce, je voulais juste faire un break.

BasketActu : A la rentrée, tu t’es engagé à Reims Châlons donc. Pourquoi avoir choisi la Pro B ? Tu n’avais pas de propositions en Pro A ?

R.M : Si j’ai eu des propositions. Mais je voulais retrouver du temps de jeu. Je me susi dit que si je montais en Pro A à ma sortie de Grèce, ça ferait trop tout de suite. Je préférais aller retrouver mon jeu en Pro B.

BasketActu : Pourquoi Reims Châlons ?

R.M. : Ce sont eux qui m’ont fait la meilleure offre sur le plan sportif mais également financier. Le coach m’a dit qu’il comptait sur moi pour être un joueur cadre de l’équipe. C’est un challenge qui m’a bien plus.

BasketActu : Tu as connu le championnat Espoir avec Nancy mais tu n’avais pas eu l’occasion de jouer en pro avant de partir de France.

R.M. : C’est ça. J’étais en espoir à Nancy et je n’ai pas vraiment foulé le parquet des pros. Là ça m’a fait bizarre de retrouver les gars avec qui j’ai joué en Espoir. C’est marrant de voir que tout le monde a grandi, chacun a évolué à sa façon et pris des chemines différents.

BasketActu : Quelle différence fais-tu entre le championnat de France et le championnat grec ?

R.M. : En Grèce, le jeu est beaucoup plu physique. Quand tu joues des équipes comme le Pana ou l’Olympiakos, tu sais que tu touches le haut-niveau. Ça n’a vraiment rien à voir avec ce que l’on a ici. Et le jeu est beaucoup plus placé. En France, en revanche, c’est beaucoup plus athlétique, ça court très vite. C‘est un autre style.

BasketActu : Du coup, ça t’a permis de développer d’autres aspects de ton jeu ?

R.M. : Oui ! Principalement, ma vision du jeu et mon jeu de passes.

BasketActu : Comment s’est passé ton arrivée à Reims ?

R.M. : Très bien. Je connaissais quelques joueurs. Gary Chathuant par exemple qui est guadeloupéen ou encore Etienne Plateau avec qui j’ai fait l’INSEP

BasketActu : Nikola Antic est pour beaucoup le meilleur coach de Pro B cette saison.

R.M. : Je mets deux pouces en l’air. Il est vraiment bon. Il ne suffit pas d’être coach, il faut aussi comprendre son équipe, pouvoir s’adapter. C’est ce qu’il fait de mieux. Il sait ce dont chacun a besoin. Il utilise ses méthodes en fonction des joueurs.

BasketActu : Vous faites une grosse fin de saison avec notamment cette victoire à Limoges.

R.M. : On joue avec beaucoup moins de pression. Nos objectifs sont quasi atteints. On n’est ni premier ni dernier. Là on vise le Top 5. Et surtout, on joue beaucoup mieux. On a appris à grandir ensemble tout au long de l’année. Notre cohésion de groupe est plus flagrante, on est devenue une vraie équipe.

BasketActu : Individuellement, tu montes également en puissance (Rodrigue a notamment claqué 30 pts à 10/16 dont 7/11 à 3 pts face à Lille la semaine dernière).

R.M. : Je progresse en même temps que les autres. C’est grâce à l’équipe et au coach, chacun a trouvé sa place dans le groupe.

BasketActu : La performance de la saison, c’est quand même votre victoire à Beaublanc.

R.M. : Oui l’ambiance là-bas est vraiment folle. Ce n’est pas évident de les jouer chez eux. Et puis ont de très bons joueurs surtout à l’intérieur. Mais on peut qualifier cette victoire d’exploit parce qu’ils étaient quasi invaincus dans leur salle. On a juste joué notre basket, on est arrivé concentré et on a fait ce qu’il fallait pour gagner. On connaissait leurs points faibles et points forts. On s’était bien préparé.

(Source : BasketActu.com)

Les autres actualités

20
07
17
10x15_rudy_jomby_-sig.jpg
Sept ans après, Rudy Jomby (1,98 m, 29 ans) revient au Havre. Le Vendéen s'est engagé au sein de son club formateur où il retrouvera son ancien coach en Espoirs et celui qui l'avait sous ses ordres lorsqu'il a...
19
07
17
10x15dp2.jpg
"Arrivé peu avant le début de la compétition, Darel Poirier réalise un très bon début de championnat d'Europe. Focus sur celui qui a crévé l'écran dans la victoire de la France face à la Turquie. Deux ans que...
19
07
17
10x15_nick_minnerath_-boulogne.jpg
Joueur solide en Pro A pendant deux saisons à Cholet puis au Havre, Nick Minnerath(2,06m, 28 ans) est entré dans une autre dimension cette saison après avoir enchaîné les cartons avec Saratov, tant en VTB League...
18
07
17
Logo PRO A.png
Cholet Basket débutera la saison 2017/2018 au Portel le samedi 23 septembre 2017, avant de recevoir Hyères Toulon le mardi 26 septembre 2017 à la Meilleraie. Découvrez le calendrier de Cholet Basket...
17
07
17
toddrick_gotcher_10_par_15.jpg
En vue de renforcer son jeu sur les lignes arrières, plus particulièrement dans le tir extérieur, Cholet Basket vous annonce la signature pour une saison de l'arrière-shooteur américain Toddrick GOTCHER (1m93 –...
13
07
17
10x15co.jpg
Pour lire les articles sur les camps été de Cholet Basket, cliquez sur les liens suivants : Article du Courrier de l'Ouest. Article de Ouest France.
10
07
17
10x15_jonathan_rousselle_-olb.jpg
Vous avez été très nombreux à voter pour le MVP choletais de la saison 2016/2017 et c'est Jonathan ROUSSELLE qui remporte la majorité des voix avec 55%, devant Jerry BOUTSIELE (22%). Une récompense méritée...
10
07
17
diplomes.jpg
En cette fin de saison 2016/2017, trois pensionnaires de l'Académie Gautier Cholet Basket passaient leurs examens scolaires. Deux d'entre eux sont diplômés : - Justin Bourasseau a obtenu avec mention son Bac Pro...
10
07
17
edf_15_f.jpg
Pour la deuxième année consécutive l'équipe de France U15 féminine remporte le tournoi de l'amitié en Grèce, après une finale très serrée contre l'Espagne où les françaises se sont imposées 66 à 63. ...
07
07
17
10x15_calendrier_matches_amicaux.jpg
Retrouvez le calendrier des matches amicaux en cliquant ici. Pour lire les articles de presse, cliquez-ici.