Vous êtes ici

Des nouvelles de Rudy Gobert : «Les plus belles choses ne sont pas celles qu’on peut s’acheter»

01
06
18

Rudy Gobert, le pivot des Utah Jazz en NBA et de l'équipe de France, est le sportif français le mieux payé de la planète. Il nous a accordé un entretien particulier pour parler de basket... mais pas seulement.

Dans un hôtel de luxe proche de l'Arc de Triomphe, Rudy Gobert le pivot des Utah Jazz et de l'équipe de France cale ses 2m16 sur une banquette. Le sportif français le mieux payé du monde (un contrat de 93 millions d'euros sur 4 ans) nous reçoit pour parler de tous les sujets : NBA, Lebron James mais aussi Coupe du monde de foot ou de son argent.

À quoi s'occupe une star de la NBA durant ses vacances ?

RUDY GOBERT. J'ai coupé à 100 % le basket pendant quelques jours. Mais je reprends la muscu cette semaine. L'été, c'est vraiment le moment où je peux progresser.

Vous en avez besoin ?

Bien sûr. Cette année, je ne suis nommé dans aucune des trois meilleures équipes NBA. J'ai toujours besoin de progresser physiquement et techniquement. Si je n'en avais plus besoin, j'aurais déjà tout gagné. Ce n'est pas le cas.

Allez-vous être élu défenseur de l'année fin juin… ?

Je l'espère. Je pensais déjà l'être l'an dernier. J'ai toujours voulu être le meilleur défenseur du monde même si je ne suis pas que ça.

Lebron James est-il devenu le meilleur joueur de tous les temps devant Michael Jordan ?

Je n'aime pas faire ce genre de comparaison. Il est clairement le meilleur de sa génération mais les époques sont différentes. Les gens jugent les performances par rapport aux points marqués alors qu'il y a tellement d'autres facteurs à juger.

Vous avez des relations avec lui ?

Pas vraiment, non.

Vous pourriez le défier un jour en finale NBA ?

Nous n'en sommes pas loin. Les gens commencent à voir que nous ne sommes plus à ce niveau par hasard. Même en France, on met maintenant Salt Lake City sur une carte. Moi-même avant d'y arriver, je ne savais pas où c'était.

L'équipe de France que vous retrouverez fin juin vous manquait-elle ?

Ma dernière sélection remonte aux JO de Rio. J'espère qu'on va se qualifier pour la Coupe du monde 2019. C'est toujours un honneur de porter le maillot bleu car les sensations sont différentes de celles en club. Je félicite au passage ceux qui ont joué pendant notre absence.

Depuis la retraite de Tony Parker, êtes-vous le patron des Bleus ?

Ce sont des choses qui arrivent naturellement. Je me suis toujours vu comme un leader et je veux tout donner pour nous aider à gagner des titres.

Pensez-vous déjà à Paris 2024 ?

J'adorerais faire ces Jeux mais c'est loin. J'espère que je serai encore au top pour ramener une médaille d'or. Ce serait incroyable.

La NBA finira-t-elle par bloquer tous les joueurs qui veulent aller en sélection ?

Je ne pense pas. Pas avec moi en tout cas.

La Coupe du monde de football vous intéresse-t-elle ?

C'est toujours fun de voir les matchs. Je les regarderai aux États-Unis. Ça intéresse les Américains quand leur équipe est bonne. Quand ce n'est pas le cas, ils font semblant de penser que c'est un sport européen.

Avez-vous des contacts avec des joueurs ?

Avec quelques-uns, y compris certains qui ne sont pas sélectionnés. Antoine (Griezmann) est un fou de NBA. Je pense aussi à Adil Rami. Ce sont des bons gars et on se suit mutuellement.

Vous les voyez réussir quel parcours ?

Je ne suis pas assez spécialiste mais j'espère le plus lointain possible.

Suivez-vous aussi Roland-Garros ?

Dans l'hôtel, j'ai croisé quelques grands visages du tennis mondial comme Serena (Williams). Ça m'arrive de jouer mais je ne suis pas terrible. J'ai un bon service, mais c'est tout. Une fois qu'il est passé, c'est autre chose.

Le Tour de France vous inspire-t-il ?

Non. Je ne suis pas un fan. Je ne le regarderai pas.

Vous êtes le sportif français le mieux payé du monde. Est-ce une fierté ?

Je suis conscient de ce luxe et c'est une grande fierté mais cela n'a jamais été le but de ma vie. Les plus belles choses ne sont pas forcément celles qu'on peut s'acheter : je pense aux choses qui peuvent créer des souvenirs, qui te construisent.

Que faites-vous de votre argent ?

J'essaie autant que possible d'aider des gens dans le besoin. J'ai créé ma fondation, la « Rudy's Kid » pour aider les enfants, les orphelins partout dans le monde et les bénévoles qui s'occupent d'eux.

Source : Le Parisien

Les autres actualités

15
10
18
photo_site_rudy_gobert.jpg
La dernière était pas si mal déjà, avec son titre de meilleur défenseur de la ligue... Rudy Gobert a atteint l'un de ses objectifs en décrochant en juin dernier le titre de meilleur défenseur de NBA, mais à 26...
15
10
18
10x15_intervention_rudy_gobert.jpg
Il est probablement le joueur français qui connait le plus de succès individuel et collectif actuellement : Rudy Gobert, surnommé The Stifle Tower outre-Atlantique, n'en finit pas de marquer la NBA de son...
13
10
18
resume-fos.jpg
Retrouvez le résumé de la victoire de Cholet Basket face à Fos Provence Basket
13
10
18
action-fos.jpg
Le 3pts de Pape Sy qui lance le retour Choletais !
12
10
18
karlton_dimanche_-_cb-levallois.jpg
Quart-temps 1: 10-33 Fos découvre le championnat Espoirs, tandis que CB vient de réaliser le doublé Championnat – Trophée du Futur. Il y a donc une grosse différence entre les deux équipes, qui se reflète...
12
10
18
equipe-cb-levallois-18-19.jpg
Ce vendredi, pour Cholet Basket, la volonté est d'aller chercher sa première victoire de la saison, dans ce match face à un promu fosséen qui n'a lui non plus pas encore gagné un seul match. Cholet Basket est à...
12
10
18
arthur-bouba-levallois-18.jpg
Pour Cholet Basket (1er, 4v-0d), c'est un choc des extrêmes, ce vendredi, avec ce déplacement dans les Bouches-du-Rhônes. Pour la troupe de Sylvain Delorme, l'intérêt sera de conserver un collectif efficace et...
12
10
18
luc_jeanneau.jpg
La famille des bénévoles de Cholet Basket a la douleur de vous faire part du décès de Luc JEANNEAU, bénévole du club depuis trois saisons dans l'équipe des "placeurs". La cérémonie...
11
10
18
10x15_fabien_causeur_liz6847.jpg
"Un carré d'as Real Madrid, Fenerbahçe, CSKA Moscou et Olympiakos, avec un joueur français dans chaque équipe, devrait de nouveau se disputer le titre européen en 2019." Pour lire l'article paru dans le journal...