Vous êtes ici

DES NOUVELLES DE ZACHERY PEACOCK

10
10
17

Zach Peacock (Bourg) : Comme le bon vin

Zachery Peacock (2,05 m, 30 ans) réalise un retour fracassant en Pro A trois ans après sa première expérience à Cholet. Découverte du double MVP de Pro B et leader naturel de la J.L. Bourg.

Frédéric Sarre est un amoureux des comparaisons et autres métaphores. Déjà à son époque paloise, l'entraîneur gratifiait régulièrement son auditoire de  figures d'analogie dont il avait le secret. Ainsi le directeur sportif de la JL Bourg compare Zach Peacock à… « un bon pinard.  Celui qui est de garde. Chaque année il met un ingrédient de plus dans son jeu, dans sa façon d'être. Chaque année, il grandit. »

Zach Peacock, Fred Sarre l'a découvert, comme tous les observateurs de la Pro B, quand ce dernier a ravagé la Pro B. C'était lors de la saison 2013-14, avec son équipe de Boulogne-sur-Mer. On se souvient encore des propos de l'ex-entraîneur de Bourg, après qu'il se soit heurté au phénomène : « Son efficacité, son engagement global, ses courses, ses rebonds… il a un vrai volume de jeu. Il mérite quelque chose ce garçon ! », nous racontait alors Sarre, des étoiles plein les yeux. Peacock et Boulogne avaient d'ailleurs privé la JL de montée directe à la fin de la saison (32V-12D pour le SOM, 31-13 côté JL), en partie grâce à un match de mammouth de Zach lors du match aller dans le Pas de Calais : 28 des 68 points de son équipe à 10 sur 14 aux tirs, 8 rebonds pour une évaluation de 31. Fred Sarre et Bourg ayant été chercher la Pro A au bout des Playoffs 2014, l'actuel GM du club burgien ne lui en a visiblement pas tenu rigueur et s'en est même souvenu, à l'été 2015, au moment de constituer une équipe pour aller chercher la remontée…

En vérité, on s'était alors demandé comment le SOM Boulogne avait pu mettre la main sur un Américain de ce calibre. L'ancien « Yellow Jacket » de Georgia Tech sortait en effet de trois saisons plus qu'abouties en première division allemande (15,4 points, 5,2 rebonds, 14,4 d'évaluation sur sa dernière saison à Francfort). Il n'aurait jamais dû atterrir en Pro B.

Hors classe en Pro B

« Avec Germain (Castano), on était vite tombé amoureux du joueur », raconte Olivier Bourgain, l'ancien GM boulonnais, aujourd'hui au Limoges CSP. « C'était un dossier compliqué. Très franchement, je ne pensais pas être capable de la faire venir. » Le SOMB avait mis 80 000 € sur la table, près de 20% de sa masse salariale, pour le faire venir.  Le jeu en valait la chandelle. Peacock termina MVP haut la main (20,0 points, 8 rebonds, 23 d'évaluation) et Boulogne-sur-Mer monta en Pro A. Cerise sur le gâteau, au cours de cette saison 2013-14, Boulogne remporta les quatre derbys contre Le Portel. Peacock fut le héros du quatrième match. Le 11 avril 2014, après avoir récupéré le dernier rebond du match à 70-70, il crucifia les Stellistes d'un tir au buzzer déclenché depuis sa propre ligne des lancers-francs.

« Il a mis un tir qu'on met une fois dans une vie », se remémore Bourgain, qui était présent ce soir-là mais n'avait pourtant pas vu l'action en live. « Je m'en souviens très bien… J'étais au vestiaire parce que je pensais qu'on allait perdre ce match. J'ai entendu un brouhaha total depuis le vestiaire. Je me suis précipité et j'ai vu mes joueurs en transe. »

 

 »

 

De Zach Peacock, il garde aussi l'image de ce joueur en larmes lors du match de la montée, à Evreux, auquel le futur MVP n'avait pu participer. « Il s'était fait une fracture de fatigue. A Evreux, il était plâtré et debout en train d'encourager les gars à l'échauffement. Quand le peuple boulonnais est arrivé dans la salle, Zach n'a pu retenir ses larmes. C'est un homme extraordinaire. Une très belle personne. J'aime profondément le joueur. Je suis amoureux de l'homme. »

L'été suivant, plutôt que d'accompagner Boulogne en Pro A, l'Américain choisit de rejoindre Cholet. Il démontre très vite que ses qualités sont transposables en Pro A (13,3 points à 57%, 6,4 rebonds, 16,2 d'éval). Zach est sélectionné pour le All Star Game. C'est l'occasion pour Savo Vucevic, assistant coach de la sélection étrangère, d'échanger quelques mots avec lui. « Il jouait à Cholet et j'avais été coach à Cholet en 2001-02 », rappelle l'entraîneur de Bourg.

Viré de Cholet en 2015

On ne le sait pas encore mais son bail dans les Mauges est proche de se terminer. Une dizaine de jours après le All Star Game, Peacock est mis à pied par Cholet après s'être battu à l'entraînement avec un coéquipier, Nick Minnerath. Un contact appuyé suivi d'une parole très malheureuse de Minnerath auraient déclenché sa réaction. « Une réaction instantanée et épidermique », raconte Fred Sarre, qui s'est évidemment renseigné sur cet épisode avant de faire venir Peacock dans l'Ain.« Le sang est monté. Peut-être que par le passé il pouvait être comme ça mais sur les années vécues à Bourg, je le sens de plus en plus sous contrôle, mature. »

Ce fâcheux épisode, qui entraîna son licenciement, Zach Peacock ne veut plus en parler. « C'est du passé. Très peu de gens connaissent la vraie histoire. Je connais la vérité. En tous les cas, si cela a affecté ma carrière, c'est dans le bon sens, parce que j'ai appris de cette situation. Cela m'a aidé en tant que personne, en tant qu'homme. »

Zach le « Paon » (Peacock en anglais) a bouclé l'exercice 2014-15 en deuxième division turque. Puis pendant l'intersaison 2015, il est devenu la cible numéro un de la JL Bourg après la redescente du club en Pro B. « Cela nous paraissait essentiel d'avoir un joueur comme ça pour atteindre nos objectifs », resitue Fred Sarre. « Un mec qui avait été MVP de Pro B, qui avait basculé sur la Pro A et montré qu'il avait le niveau... Je n'avais aucun doute. Et quand tu proposes le nom de Peacock au coach qui était Christophe Denis, il n'y a pas d'hésitation. »

Top-salaire de la Pro B, le numéro 15 des Rouge et Blanc a justifié ses émoluments sur le terrain : 15,7 points, 6,8 rebonds, 17,5 d'évaluation en 2015-16 puis 17,8 points, 6,7 rebonds, 19,7 d'éval en 2016-17, avec à la clé un deuxième trophée de MVP et une deuxième accession en Pro A. Contrat rempli.

 

 

« Zach, c'est un monstre. Le leader incontesté de l'équipe », nous racontait Philippe Braud en juin dernier. « Quand on a des situations difficiles et qu'on a absolument besoin de marquer un panier, on lui donne la balle. » Savo Vucevic est immédiatement tombé sous le charme :  « C'est un bonheur pour un coach de travailler avec un joueur comme Zach. C'est un moteur, un leader naturel. Dans n'importe quelle équipe en Europe, si je suis coach, je le prends avec moi ! Avec un seul regard, on se comprend. »

L'entraîneur ne tarit pas d'éloges sur son franchise player : « L'année dernière, parfois après des matches à 35 minutes, je voulais le reposer. Il me répondait toujours « Je me reposerai demain. ». Et bien sûr, il ne le faisait jamais. Il donne l'exemple aux autres. »

« Il a grandi dans tous les sens », rajoute Fred Sarre. « Il est devenu un vrai poste 4 avec la technique et le physique pour jouer 5. Il a grandi au niveau psychologique, mental, prise de recul. Déjà l'année dernière, il avait pris une forme de leadership et cette année, avec un groupe nouveau, il a continué à améliorer cette position de leader. »

L'Américain est reconnaissant de ce concert de louanges : « Quand Fred me compare à un bon vin, c'est un magnifique compliment. J'essaie d'être meilleur chaque jour, d'ajouter des choses dans mon jeu. Je ne suis pas le même joueur qu'à Boulogne-sur-Mer. Je suis plus patient, j'ai plus de contrôle des différentes situations. Cela m'aide énormément sur le terrain. Et puis j'aime les responsabilités. Je crois qu'au fond de moi j'ai toujours eu un tempérament de leader. Simplement maintenant, j'ai l'opportunité de le montrer. »

 


Ses cartons réalisés en pré-saison ont livré un avant-goût des performances actuelles de Zach Peacock, quatrième meilleur marqueur du championnat (19,5 points) et troisième à l'évaluation (21,7) alors qu'il ne joue que 27 minutes en moyenne (stats comptabilisées après 4 journées). « Mentalement, physiquement, il est cadré. Il est pile poil là où il faut », pointe Fred Sarre. « Il n'attend pas les minutes pour être bon. Quand tu as un leader qui est dans cet état d'esprit, cela rejaillit sur toute l'équipe. »

Visiblement, le passage de la Pro B et la Pro A a été une formalité. « Il faut simplement s'ajuster à une vitesse de jeu supérieure », dit Zach. Après trois matches, il affiche un pourcentage d'adresse remarquable : 68,2% aux tirs, et un 7 sur 8 derrière l'arc ! « Il n'a jamais été un stretch player, mais aujourd'hui tu ne peux pas le laisser toute seul à trois-points », glisse son coach. Ceci donne l'impression que Zach Peacock a redoublé d'efforts cet été à l'entraînement pour tout casser en Pro A.« Honnêtement, je n'ai pas travaillé davantage », dit l'intéressé. « J'étais plutôt concentré sur ma forme physique, ma souplesse et la partie mentale. J'ai pratiqué le yoga pour rester calme et patient dans n'importe quelle situation. »

Le meilleur à son poste en Pro A ?

A ce stade, la question n'est plus tant de savoir si Zach Peacock a le niveau de la Pro A mais plutôt s'il ne ferait pas partie des tous meilleurs intérieurs du championnat. On ne serait pas surpris de le retrouver encore une fois au All Star Game. « Etre All-Star n'est pas un objectif », dit Peacock. « Mon objectif est d'être le meilleur joueur possible et d'être le meilleur à mon poste. » « C'est un des meilleurs postes 4 dans son genre. Dans son style 4 et demi, il fait partie du Top 2 », estime Olivier Bourgain.

A l'approche de la trentaine (il fêtera ses 30 ans le 15 octobre), Zach Peacock n'a peut-être pas encore développé tout son potentiel. Comme un grand vin de garde, il continue à se magnifier saison après saison. « On a ouvert le fut de Peacock, il était meilleur que l'année d'avant. Alors on s'est dit qu'il allait être encore meilleur l'année d'après », sourit Fred Sarre. L'Américain a re-signé à Bourg jusqu'en 2019. Le temps de réaliser quelques cartons. Et de faire gagner la Jeunesse Laïque. « Nous avons un groupe de bons mecs. L'alchimie va venir naturellement. Nous avons vraiment l'opportunité de réussir quelque chose de spécial en Pro A. » Beaucoup d'observateurs en sont convaincus.

par LNB
Source: LNB

Les autres actualités

17
11
17
10_x_15_hugo_robineau_csp.jpg
Pour la 10ème journée de championnat, les U21 de Cholet Basket se déplacent à Levallois. Match à 17h le samedi 18 novembre 2017.
17
11
17
10_x_15_haukur_palsson_csp.jpg
L'ailier choletais Haukur Palsson a été appelé par l'équipe nationale d'Islande pour participer aux matchs de qualification à la Coupe du Monde 2019, face à la République Tchèque le 24 novembre et la...
16
11
17
photo_site_rodrigue_b.jpg
Le show Beaubois en images. Jeudi soir, Rodrigue Beaubois fut l'un des grands bonhommes de la première victoire à l'extérieur de Vitoria en EuroLeague. Sur le parquet du Zalgiris Kaunas, l'ancien...
16
11
17
photo_site_stcm.jpg
"Corinne Chiron, patronne d'IDfer à Gesté, a été interviewée pour l'émission "Silence ça pousse". Pour lire l'article de presse paru dans Le Courrier de l'Ouest du samedi 11 novembre 2017, cliquez-ici.
...
16
11
17
photo_site_quadra.jpg
"Gilles Lecoublet a cédé son entreprise au groupe C'Pro." Pour lire l'article paru dans Le Courrier de l'Ouest de lundi 13 novembre 2017, cliquez-ici.
16
11
17
logo_site_puy_du_fou.jpg
"Le Puy du Fou a remporté mardi un nouvel oscar, le"Hall of Fame Award", à Orlando (Floride - USA)..." Pour lire les articles de presse, cliquez-ici.
16
11
17
photo_site_michelin.jpg
"Sur son site de Cholet, Michelin embauche afin de remplacer les départs en retraite, mais aussi pour créer de nouveaux postes." Pour lire l'article paru dans le magazine Le Journal des Entreprises n°365 du mois...
16
11
17
photo_site_pasquier.jpg
"L'entreprise Pâtisserie recrute en contrat CDD de six mois une dizaine de personnes aux Cerqeux des candidats sur des postes de pilote de machines et d'agent de production." Pour lire les articles de presse,...
16
11
17
photo_site_bodet.jpg
"Bodet a cédé sa filiale Osys à l'Italien sedApta." Pour lire l'article paru dans Le Journal des Entreprises n°365 du mois de novembre 2017, cliquez-ici.
16
11
17
matches_cb-ccrb_02-12-17_site.jpg
Réservez dès maintenant vos places pour Cholet Basket / Châlons-Reims le samedi 2 décembre 2017 à 20h.