Vous êtes ici

Saison

De beaux fruits, une coupe et un millésime 

Comme en 1997 et en 2001, les joueurs de l'Académie Gautier Cholet Basket se sont offerts le doublé Coupe de France-Championnat. Avec Killian HAYES en maître à jouer, et un collectif parfaitement huilé.

Ils transpirent les promesses d'avenir mais ont déjà chacun une histoire qui leur est propre. À l'heure de démarrer la saison, la nouvelle fournée choletaise de jeunes pousses en éclosion n'est encore constituée que de frêles bourgeons inconnus. Patience, ils ne vont pas le rester ! La cuvée 2016/17 restera comme un millésime majeur. Parmi ceux que l'on n'oublie jamais. Les beaux fruits se nomment Julien LECLAIR (vainqueur du concours des meneurs du Cholet Mondial Basket, et déjà titré en 2015), Florian LEOPOLD (« piqué » à l'athlétisme et qui ne compte que deux années de basket),  Karlton DIMANCHE (dont la venue à Cholet tient notamment à Kevin SÉRAPHIN), Hugo ROBINEAU (un produit maison, issu de Jallais), ou Killian HAYES. Tous pétris de talent. Il est une chose d'en avoir, mais il en est une autre de mettre en musique cet étalage de dispositions naturelles. Tel est le fait majeur de cette saison qui s'avérera unique : les dons singuliers sauront parfaitement s'insérer dans la logique de groupe. Faire corps et équipe, en somme.

 

Des cartons offensifs

Deuxième du Tournoi d'Orléans en apéritif de saison, CB sait qu'il devra tenir et assumer son statut de cador du Championnat, au même titre que Pau, Chalon, Nanterre ou Hyères-Toulon. À la bonne heure ! Car la saison démarre sur les chapeaux de roue. Lors des trois journées inaugurales, CB carbure à grand renfort de cartons offensifs (99 points de moyenne). Et le déplacement à Poitiers (victoire 108-39) rencarde sur la puissance de feu du collectif emmené par François FIÉVET. Quand il ne conclut pas les actions par ses talents de dunkeur, Quentin RUEL fait des malheurs derrière l'arc. Et Cholet avance, seulement devancé par Challans à la Meilleraie, et par Limoges à Beaublanc. Mais la première phase (8 victoires, 2 défaites) est une quasi-formalité. Leader de son groupe et donc reversé dans la poule haute, Cholet va pouvoir songer aux choses très sérieuses. Avec la même grandeur à l'arrivée.

La deuxième phase, CB l'entame sans une once de baisse de régime, au point d'enchaîner sept succès de rang, face notamment aux concurrents limougeauds et palois. Et CB se plaît à jouer sur deux fronts. Stratosphérique en Championnat, la bande à Hayes se trace doucement mais sûrement une voie royale, direction Bercy, avec la Coupe de France U17 dans la mire. Le Mans en paye le prix en Huitièmes de Finale, Paris-Levallois (d'où est d'ailleurs issu Arthur BOUBA, l'arrière de CB) en quarts de finale, puis Le Havre en demi. À l'amorce du printemps, voilà CB en passe de signer un Grand Chelem historique, comprenant le Championnat, la Coupe de France U17 et le Mondial Basket. Et sur le papier, ça n'est pas qu'une chimère...

 

Un bon Dimanche à Bercy

Hélas, la concurrence internationale constitue encore une marche supplémentaire, que Cholet n'est pas en mesure de dompter, à l'occasion du fameux Tournoi de Pâques. Mais CB envoie un message qui s'avérera néanmoins prémonitoire. En dominant Hyères-Toulon en match de classement (Cholet terminera finalement 9ème), BOURASSEAU et consorts filent un rencard aux Varois pour la fin de saison, avec un titre de Champion de France en toile de fond. On y reviendra...

Cholet, lui, est avant tout parfaitement à l'heure de Bercy. Avec cinq coupes de France Cadets dans l'escarcelle depuis 1986, la pêche aux titres est une affaire de quasi-routine pour la jeune garde des Mauges. Qu'on se le dise : la présente Finale face à Chalon sur Saône ne sera pas la plus étriquée. CB va y imposer un monopole et y réciter une partition parfaite, sans une bribe de pression. D'entrée, le maître à jouer bourguignon, Babacar NIASSE, est muselé. D'entrée aussi, Karlton DIMANCHE (17 points, 7 rebonds, 4 passes, 6 fautes provoquées), l'homme à tout faire côté CB, est inspiré. Le premier quart-temps est un carnage (25-6) et la suite plus guère réjouissante pour l'Elan (50-29, 25'). Killian HAYES (12 points, 8 passes) se contente de faire le job. Et CB savoure une 6ème Coupe de France, presque sans forcer (82-50).

À croire, s'il en avait encore besoin, que cela lui a donné faim. Car trois semaines plus tard, il remet le couvert, dans un tout autre contexte. À Rennes, à l'occasion du Final Four U18, le cadre est moins clinquant mais le dessein identique pour les protégés de François FIÉVET. En demi-finale, Nanterre passe une nouvelle fois à la moulinette (71-57). Et voilà CB devant le regard de l'histoire. Si LECLAIR et consorts dominent Hyères-Toulon en Finale, ils rejoindront  Olivier BARDET, Cédric FERCHAUD, Claude MARQUIS, Cyril AKPOMEDAH (les auteurs du doublé Coupe-Championnat en 1997), Mike GÉLABALE ou encore Jean-Michel MIPOKA (les acteurs de celui de 2001) dans les annales du club. La nouvelle génération va ajouter aux éclats du palmarès une forme de goût du risque. Alors que le HTV se rapproche en fin de match (59-54, 37'), elle s'offre un alley-oop de toute beauté, qui scelle le 10ème titre choletais (victoire 70-58). À la baguette, un Killian HAYES qui aura une nouvelle fois marché sur l'eau (18 points et MVP de la Finale). Vraiment une saison de rêve...

 

Crédit photo : M. PATTIER, FFBB-BELLENGER et L. MAHÉ

Récompenses individuelles

HAYES, un ogre à 16 ans

Le All-Star Game ? Killian HAYES y sera sans doute prochainement abonné. Que ce soit en France ou ailleurs… Le fils de DeRon, un meneur gaucher dont le tir extérieur demeure encore à peaufiner (le père était ailier, droitier, et shooteur hors pair…) aura autant accumulé les succès collectifs (Champion de France U18, Coupe de France U17, Champion d'Europe U16, Finaliste du Trophée du Futur) qu'individuels (MVP du Championnat d'Europe, MVP de la finale du Championnat de France, co-MVP du Jordan Brand Classic). À l'Euro U16, celui qui est licencié à CB depuis la catégorie poussin fut le leader français au scoring (16,6 points), à l'adresse à deux points (68%), aux rebonds (7), aux passes (5,1) et aux interceptions (2,7). Une machine, ou Gargantua réincarné, c'est selon...

 

 

Et il y a fort à parier que la pépite ne soit pas l'arbre majestueux qui cache la forêt. Dans le sillage du maître à jouer, certains ont pareillement brillé. Ce fut le cas de Karlton DIMANCHE, qui aura illuminé Bercy de son talent, en Finale de la Coupe de France U17 face à Chalon sur Saône (17 points, 7 rebonds, 4 passes, 6 fautes provoquées, 30 d'évaluation). Le Guyanais est donc bien davantage qu'un back-up de HAYES, et tient lui aussi à sa part du gâteau. En août, il est ainsi convié en Israël au « Basketball Without Borders ». Un événement créé par le NBA et qui réunit les meilleurs prospects européens nés en 2000. S’il fallait encore douter de la formation choletaise...

 

 

Crédit photo : E. LIZAMBARD, M. PATTIER et L. MAHÉ