Vous êtes ici

U21 (Espoirs) - 2012/2013

 p12-13.jpg

Premier rang : Jean-François Martin (Entraîneur), Clément Faroux (9), Raphaël Binvignat (10), Romuald Morency (4), Antoine Chevrier (6), Kadri Moendadze (8), Sylvain Delorme (Entraîneur Assistant).
Second rang : Germain Bondu (Préparateur Physique), Bruno Cingala-Mata (15), Alvyn Cadet-Petit (13), Antoine Pesquerel (14), Yannis Morin (12), Lionel Ebreuil (11), Gaëtan Cherbonnier (Entraîneur de la Pré-Formation).
CHAMPIONNAT

temps-mort-espoirs-12-13.jpg

Malgré les départs des cadres intérieurs qu’étaient Michael Kessens et Matthias Jeanville, CB reste opérationnel dans la peinture en recrutant Yannis Morin et Antoine Pesquerel en provenance de l’INSEP, ajouté à l’arrivée à maturité de Bruno Cingala-Mata. Clément Faroux prenant le flambeau de Benjamin John au poste de meneur titulaire et Raphaêl Binvignat celui de Vafessa Fofana à l’aile. L’effectif Espoirs de Cholet Basket de cette saison disposait du même potentiel que celui de l’exercice précédent ; et même peut-être un peu plus encore au vue de l’expérience acquise par les jeunes Moendadze, Chevrier et Morency.

La mayonnaise ne prit pas de suite et CB connu un début de saison en dents de scie, avec notamment quelques solides victoires à domicile (contre Dijon, Boulazac et Strasbourg) mais aussi de véritables non-matches à l’extérieur (à l’ASVEL et à Chalon). Ce fut qu’à partir de la fin de l’année civile, que la formation de Jean-François Martin monta vraiment en puissance grâce à son collectif. Les Choletais remportèrent quatre succès consécutifs et purent un peu mieux se positionner au classement. CB termina ensuite la phase aller par un bilan équilibré (3v-3d).

Les pensionnaires du Centre de Formation choletais rééditèrent à peu près les mêmes prestations en phase retour, faites de hauts et de bas. Et, une nouvelle fois, une série de 3 victoires de suite mit CB dans les bons rails pour la qualification au Trophée du Futur. Mais, concédant trois revers contre un seul succès en fin de championnat, les choletais ne termineront qu’à la 6ème place, avec un bilan final de 17 victoires et 13 défaites.

team-espoirs-12-13.jpg
team-espoirs-12-13.jpg, par a3web
TROPHÉE DU FUTUR

En quart de finale de ces « Play-Offs », Cholet Basket affrontait Le Mans (2ème). Dominateurs dès la première période et prenant un avantage conséquent sur leurs homologues, les choletais ne lâchèrent rien et menèrent jusqu’au bout. Les protégés de Jean-François Martin, en s’appuyant sur son intérieur longiligne Yannis Morin, ont livré une prestation collective intéressante qui les qualifie pour le dernier carré. 

CB retrouve alors Gravelines-Dunkerque en demi-finale. Réalisant un véritable mano à mano durant toute la partie, les deux formations virent leur destin se dessiner dans les dernières minutes. Les Choletais, comptant cinq points d’avance à une minute du terme, laissèrent le BCM recoller au score. L’équipe des Mauges eut la balle de match mais ne la concrétisa pas. Elle offrit même une chance à son adversaire de remporter la victoire sur la ligne des lancers-francs ; ce que ne manqua pas Gravelines d’en profiter. Score final : 67-68.

raphael-binvignat-12-13.jpg
raphael-binvignat-12-13.jpg, par a3web
TROPHÉE COUPE DE FRANCE

Nouveauté de cette saison, la participation des Espoirs ProA dans la « 2ème » Coupe de France, réservée aux équipes se situant en-dessous de la N1. Les pensionnaires du Centre de Formation de CB vont ainsi s’opposer à des joueurs plus âgés en affrontant des équipes seniors. Dans ses deux premiers tours en lice, l’équipe de Jean-François Martin déroulait son jeu face à des formations de N3 ne jouant pas vraiment le coup : 87-42 à Rezé et 108-70 contre Brest, qui n’avait monopolisé que six joueurs (!). Arrivés au stade des 64èmes, c’est à Vitré -équipe habituée aux joutes de la N2- que les choletais devaient se rendre. Pendant une bonne partie de la rencontre, CB fit jeu égal face à des locaux déterminés. Mais Vitré faisait parler son expérience dans les derniers instants (défaite 70-80). Les jeunes joueurs des Mauges n’auront pas à rougir de leur performance, tant elle a prouvé qu’ils pouvaient être au niveau de cette division considérée maintenant comme « semi-professionnelle ».

yannis-morin-12-13.jpg
yannis-morin-12-13.jpg, par a3web