Vous êtes ici

1990/1991 (N1A)

1er rang : Antoine Rigaudeau (4), Félix Courtinard (12), Olivier Allinéi (8), Bruno Coqueran (5).

2ème rang : Jim Bilba (6), Ahamadou Keita (13), Éric John (11), Patrick Cham (7).

3ème rang : Michel Léger (Président), Graylin Warner (9), Jacky Moreau (Entraineur Assistant), John Devereaux (15), Jean-Paul Rebatet (Entraîneur), Simon Guillou (Entraîneur Assistant), Teddy Citadelle (10), Gildas aubert (14).

Championnat

La première partie de la saison voit CB se classer à la deuxième place du championnat derrière Antibes. Cholet va s’imposer à Limoges et à Paris. Seul Saint Quentin a réussi à s’imposer à la Meilleraie. La défense des Choletais, est le vrai point fort de la saison et le duo John Devereaux – Félix Courtinard règne en maître dans la raquette tant bien sur le plan défensif qu’offensif. Lors de la 12ème journée Cholet Basket reçoit le leader Antibois. Ce match est télévisé et se joue dans une salle comble. Il faudra une prolongation à Cholet pour l'emporter. Le duo d’intérieur marquera alors un total de 63 points sur les 106 de l'équipe. Cholet s’impose 106 à 102 dans sa salle. L’équipe est aussi un exemple de complémentarité car lorsque le secteur intérieur est en panne d’inspiration, c’est le duo Antoine Rigaudeau – Graylin Warner qui fait étalage de son adresse aux tirs. CB achève la phase des matches aller en 2ème position.

Lors des matches retour, Cholet reprend le même rythme et élève même son niveau de jeu puisque Villeurbanne, une des rares équipes à avoir fait chuter Cholet Basket, accuse un déficit de 43 points à la Meilleraie. Mais avec l’accumulation des matches de Championnat et de Coupe d’Europe, Cholet va montrer des signes de faiblesses. Lorsque Limoges se déplace lors de la 25ème journée, 8000 personnes viennent s’entasser à la Meilleraie pour voir ce match. Les deux équipes sont à égalité dans le Championnat et le match est très serré. Il faut même une prolongation pour les départager. Cholet Basket remporte ce match capital pour la suite de la saison. Devereaux (24 points et 11 rebonds) et Rigaudeau ont animé de toute leur classe ce match. Mais par la suite, un coup dur arrive avec la blessure de John Deveraux, remplacé aussitôt par Todd Mitchell qui en deux matches inscrit 29 et 24 points et permet à CB d’être dans le carré d’As.

Play-Offs

Place maintenant aux Play-Offs, les pronostiqueurs voient déjà Cholet devenir Champion. Mais là encore, les Choletais vont être désappointés puisque le Racing club de Paris élimine CB en deux matches secs lors des quarts de finale

Après avoir fini 2ème de la saison régulière et obtenu des succès très probant tels à Limoges et contre Villeurbanne à la Meilleraie, cette saison laisse un goût d’inachevé…
Satisfaction individuelle, Antoine Rigaudeau est considéré comme le meilleur meneur français par les spécialistes.

photo-graylin-warner.gif
photo-graylin-warner.gif, par a3web

 Graylin WARNER, le levrier des Mauges, dans son art favori.

Tournoi des As

Le Tournoi des As va être la première grande déception de la saison car Cholet Basket y part favori mais revient finalement dans les Mauges avec deux défaites, éliminé de la compétition. 

Coupe des Coupes

En Coupe d’Europe, les Choletais se retrouvent dans le groupe de Moscou, l’AS Ovar, petit poucet de la compétition, et le vainqueur de l’an dernier, le Knorr Bologne, qui fait alors figure de favori. Même si les deux matches contre Ovar ne sont que formalité, il en est tout autre contre Moscou qui vient s’imposer à la Meilleraie mais qui perd de 21 points à domicile. Cela fait figure d’exploit car aucun club français n’était venu s’imposer en terre russe. Contre le Knorr Bologne, CB s’imposait la Meilleraie de 21 points mais est défait de 23 points en Italie. Qu’importe, Cholet finit 2ème de son groupe et accède à la demi-finale contre Saragosse. Les Espagnols ne font qu’une bouchée des Choletais qui perdent en deux manches sèches (105-95 et 90-79). Le rêve de finale s’est terminé mais Cholet Basket a rejoint le club très fermé des clubs ayant participé à une demi-finale de coupe d’Europe.

Extrait du livre "Cholet Basket : 25 ans au sommet" de Michel Gourichon

90/91 : un goût d’inachevé

J.P.Rebatet entame sa seconde saison au club. Après les résultats presque inespérés de la saison passée, les ambitions ont grandi. Lauvergne et Constant sont partis. Th.Zaïre va passer une saison à Sceaux, histoire d’apprendre encore.

Côté recrutement, CB a fait sensation en annonçant l’arrivée de F.Courtinard, le meilleur pivot français du moment. Avec Devereaux et Bilba, le secteur intérieur choletais risque d’être l’un des plus redoutables du championnat. Associé à Rigaudeau, Allinéi, Cham, John et Warner, cela en fait tout simplement un des favoris de la compétition.

Pour le président Léger : « cette saison il faut viser plus haut. Les objectifs fixés sont une place en finale du championnat, la victoire dans le Tournoi des As et une qualification en demi-finale de Coupe européenne ».

Certains s’interrogent quand même ; les jeunes vont-ils supporter autant de pression sur leurs épaules pendant toute une saison ?

Dans la première partie du championnat, les supporters assistent à une montée en puissance de l’équipe. Comme toute équipe jeune, elle est capable de grosses performances mais aussi de quelques dérapages.

A la surprise générale, les joueurs de Rebatet terminent les matchs aller à la seconde place (11 victoires, 4 défaites) derrière Antibes et ex-æquo avec Limoges.

Emmené par le quatuor Warner-Devereaux-Courtinard-Rigaudeau, CB est resté maître dans sa salle face à Pau, Antibes et est allé s’imposer à Limoges et Paris.

Seul St Quentin s’est imposé à la Meilleraie. A chaque match, les intérieurs choletais sont les maîtres des raquettes. En défense, celle-ci est devenue une forteresse imprenable. Mais Devereaux et Courtinard sont aussi passé expert en rebond offensif, semant la panique dans les défenses adverses.

Face à Monaco (109-94), le duo Devereaux-Courtinard fut crédité de 45 points et 22 rebonds. Lors de la victoire à Limoges (96-91), le compteur s’arrêta à 44 points et 21 rebonds.

Mais c’est lors de la 12ème journée, avec la réception du leader antibois et devant les caméras de FR3 que CB fit étalage de tous ses talents. Menaçant dans tous les secteurs, c’est dans un combat physique intense que les Choletais usèrent les Antibois pour achever, dans les prolongations leur succès 106-102. Le duo d’intérieur avait engrangé 63 points (Devereaux 37 pts).

La force de CB réside aussi dans la complémentarité. Lorsque le secteur intérieur n’assurait pas toutes les garanties, Warner et Rigaudeau se chargeaient d’alimenter la marque au grand dam des entraîneurs adverses.

Face à Dijon (120-90), Warner (33 pts) et Rigaudeau (25 pts) signèrent un festival à 3 points avec un 11/12. Face à Roanne (109-68), Warner repartait dans les hauteurs avec 40 points. Dix jours plus tard, les Parisiens ne pouvaient l’empêcher d’aligner 31 points pour une victoire 88-76.

CB achevait cette phase aller par une écrasante victoire sur l’Elan Béarnais 113-90. a la pause les joueurs de Rebatet menaient déjà 62-38. Auteur de 34 points en première période, G.Warner terminait la rencontre avec 46 unités. Devereaux avec 25 points et surtout 15 rebonds parachevait cette victoire.

CB démarrait les matchs retours sur le même rythme. Montpellier était mangé à la sauce béarnaise 109-99 par CB (60-45 à la mi-temps) avec 43 points du «lévrier des Mauges ». Villeurbanne, qui était une des rares équipes à avoir fait chuter CB, repartait de la Meilleraie avec un déficit de 43 points (112-69) soit le nombre de points marqués (encore !) par Warner. Face à Reims (123-97), Rigaudeau prenait le relais avec 27 points. Vargas (30 pts) et St-Quentin faisaient à nouveau plier CB qui réagissait 8 jours plus tard face au SCM Le Mans de Tom Becker (99-79).

Les Choletais avaient la tête en coupe d’Europe. Dès lors le championnat devenait plus laborieux. Si CB restait maître à domicile, les déplacements à Nantes, St Quentin, Dijon et Roanne se soldaient par autant de défaite. Malgré tout, l’équipe des Mauges conservait sa seconde place acquise à l’issue des matchs aller. Limoges, ex-æquo avec CB, se déplaçait à la Meilleraie pour la 25ème journée. Pour les spécialistes, c’était le sommet de la saison. Les supporters l’avaient compris et étaient environ 8000 à s’entasser dans la Meilleraie. Une première mi-temps de rêve (48-38) avait donné le tournis aux supporters. Mais le CSP ne lâcha rien, refaisant petit à petit son handicap pour prendre les devants à la 37’ (84-90). Rigaudeau, le maître à jouer choletais, ramena à lui seul son équipe pour arracher la prolongation. Mais Mickaël Brooks, le meilleur Limougeaud était sorti depuis la 37’ et CB, malgré un smash raté de Courtinard à 6’’ du terme, l’emportait 99-97. Devereaux (24 pts, 11 rebonds) et Rigaudeau (23 pts, 8 passes décisives) et leurs équipiers avaient mis sous l’éteignoir Demory, Dacoury, Ostrowski, Collins et Brooks.

Le Soviétique A.Gomelski, entraîneur du CSP avait été émerveillé par la prouesse d’A.Rigaudeau, le considérant «comme le meilleur meneur de jeu en France. Les perspectives d’avenir de ce joueur, en Europe, sont à mettre au tout premier plan. Il est de la lignée de Kukoc ». Il ne croyait pas si bien dire, ce 19 février 91. Il avait peut-être un petit air de Madame Soleil ce M. Gomelski.

Lors du déplacement chez le leader antibois pour la 27ème journée, les signaux d’alarme se déclenchaient. Devereaux, sur la corde depuis quelques matchs rejoignait l’infirmerie pour soigner son dos. La fatigue accumulée au cours du championnat et de la Coupe d’Europe touchait tout le monde. CB s’inclinait 108-91 sur la côte d’Azur et voyait ses poursuivants revenir. Sa place dans le carré d’As n’était pas assurée à trois journées de la fin.

Todd Mitchell, le remplaçant de Devereaux, redonna un peu d’air frais à ses nouveaux équipiers. Ses 29 points pour son premier match sous les couleurs de CB permirent de rapporter un précieux succès de Gravelines (90-89) ; Tout comme ses 24 points, à Paris, assuraient à CB d’être dans le carré d’As.

Mais le «jeu » des qualifications ne permettaient pas à CB de l’aligner pour la dernière journée, tout comme Devereaux. Du coup le voyage en Béarn devenait périlleux, une défaite et CB lâchait son siège de second pour la 4ème place. Mais Warner et Rigaudeau veillaient au grain et en compagnie de Bilba, Allinéi, E.John et Courtinard rapportaient un précieux succès de Pau (92-90).

Le parcours de CB était conforme aux objectifs. Avec une demi-finale européenne, cette place de second laissait augurer une belle fin de saison.
Pour sa 4ème édition, CB répondait à nouveau présent au tournoi des As. Après trois finales perdues, l’objectif avait été clairement annoncé : gagner les As à Paris. Mais la solidarité et la soif de victoire qui avaient fait la force du groupe n’étaient plus là. Les signaux d’alarme qui s’étaient allumés en cours de saison se mettaient au rouge. Les Américains, happés par la nuit parisienne, n’étaient que l’ombre d’eux-mêmes. Donné favori, CB repartait avec deux défaites. J.Monclar, l’entraîneur antibois, résumait, à l’issue du tournoi, la situation : « Jean-Paul, c’est un boulot d’assistante sociale qu’il doit faire en ce moment ».

Mais Paris devait sonner le glas des espoirs choletais. Après la déconvenue des As à Paris, le Racing Paris allait en deux manches, noyer les derniers espoirs du club des Mauges. La route de CB s’arrête en quart de finale de ce play-off.

Avec le parcours national et européen de CB et au regard des performances de la saison, nous avions le sentiment d’un gâchis. Seuls, St Quentin et Moscou s’étaient imposés à la Meilleraie. Entre les As et le play-off. CB n’avait pu accrocher une seule victoire. Sa place de second ne lui assurait même pas une place en coupe d’Europe. Il fallait en passer par les barrages pour espérer une place en Korac. CB ne ratait pas l’occasion en s’imposant par deux fois contre Montpellier. Mais cette saison avait quand même un goût d’inachevé…

Deux titres de champion de France viendront redonner un peu de joie au club choletais. Les féminines décrochent le titre en N IV seniors et en minimes.

Chez les seniors, le groupe entraîné par Th. Chevrier (qui est resté fidèle au club depuis son arrêt en 1989) se compose de S. Desfontaine, C. David, C.Chartraud, K. Colin, C. Brossard, C. Doumenc, S. Chevrier, V. Michel, N. Sacquin et L. Grimaud. Il est allé cueillir ce trophée à Paray le Monial

Les minimes ont dû écarter Villeurbanne et Reims pour empocher le titre de Championnes de France à Mondeville. J.F. Martin, l’entraîneur, pouvait être fier de V. Kanouté, M. Tessier, S. Retailleau, C. Bibard, E. Gaillard, C. Bernard, C. Lefrère, N. Bréhéret et S. Lasne.

Cette saison avait également vu l’éclosion au niveau international de deux Choletais. Bilba et Rigaudeau avaient revêtu le maillot de l’équipe de France A et participé à la qualification pour les championnats d’Europe 91 à Rome. Le 28 novembre 90, les Français avaient dominé les Israéliens à la Meilleraie. Les Français termineront 4ème des championnats d’Europe.

Teddy Citadelle a passé la majeure partie de sa carrière à Golbey-Epinal. Il n’a pas oublié ses années CB et le centre de formation :

« Je dois dire que le centre de Formation se résumait au week-end, car m'entraînant avec l'équipe première et suivant des cours par correspondance, je ne vivais pas au rythme des autres joueurs du centre de Formation.

Cependant le week-end était le moment je pouvais côtoyer les autres. D'ailleurs ce que je retiendrais du centre de Formation se sont bien ces moments ou chacun, du fond de sa chambre, essayait d'imposer sa musique aux autres. Entre, Hard Rock, Reggae, Zouk et Rap, c'était un vrai vacarme.

Les championnats espoirs, les deux que j'ai eu le plaisir de jouer, ont été très riches d'enseignements. Ceci dit nous avions durant ces deux années, des équipes très fortes sur le papier mais qui ne nous ont pas permis d'être champion (petite déception). En résumé avec les espoirs c'était le défoulement (l’entraînement et matches) et puis le travail à l'entraînement de l'équipe première.

La saison 93/94, ma première année comme pro, aurait pu être exceptionnel, sans la blessure de Wiston et un peu plus de temps de jeu. Super ambiance entre les joueurs, bonne saison de l'équipe (si l'on tient compte des blessures) et 1/2 finale de Coupe d'Europe. Il y avait une si bonne ambiance que j'avais envie d'aller à l'entraînement. Dans le jeu proprement dit, il est vrai que l'on m'a toujours collé l'image de défenseur. Ceci étant j'essayais toujours de continuer ce qu'Éric John avait commencé, car je rentrais souvent à sa place. Et lorsque nous avions réussi à réduire le rendement du Top Scoreur d'en face, j'étais aussi content que si j'avais marqué 20 points, ou mis le shoot décisif à la dernière seconde.

En conclusion, mon passage à Cholet m'aura permis de côtoyer des gens agréables et de grands joueurs ».

90/91 : Coupe des Coupes

Cette saison le groupe est composé de Rigaudeau, Bilba, Cham, Allinéi, Warner, John, Courtinard, Keîta, Devereaux. J.P. Rebatet est toujours aux commandes.

Après un petit voyage difficile en Suède (Upsalla) et un retour beaucoup mieux négocié, CB se retrouve en poule quart de finale.

Le tirage au sort désigne comme adversaire à CB, le Dynamo Moscou (URSS) et ses deux finalistes du Mondial Bazarevitch et Soucharev, le AS Ovar (Port), petit poucet de cette coupe. Le troisième adversaire n’est autre que le prestigieux club italien Virtus Knorr Bologne. Vainqueur de la Coupe des Coupes l’an passé, les Italiens partent favoris avec leur star Mickaêl Ray Richardson.

Si les deux matchs face à Ovar furent une formalité il n’en fut pas de même face aux Russes. Après une défaite de 17 points à la Meilleraie, les joueurs trouvèrent les ressources nécessaires pour s’imposer de 21 points à Moscou. Cette victoire avait des goûts d’exploits puisque CB était la 1ere équipe française à s’imposer à Moscou.

Face au Knorr Bologne, CB faisait bouillir le « Chaudron de la Meilleraie » pour s’imposer de 22 points avec 84 points de trio Rigaudeau (20 pts), Warner (33 pts) et Devereaux (31 pts). Dommage qu’Antoine rate un lancer franc (3/4), il aurait (en réalisant un 4/4 à 2 points et 3/3 à 3 pts) égalisé le record de B. Ruiz.

La paire américaine de CB faisait encore parler d’elle lors du dernier déplacement décisif à Bologne en ne se présentant pas au départ de l’avion. Décidément J.P. Rebatet devait se croire maudit. Le coup ne gueule vint du président qui annonça : « C’est la qualification ou la porte ». Les deux ricains avaient profil bas en arrivant à Bologne le matin du match.

Malgré une défaite de 23 points en terre italienne, CB terminait second de son groupe derrière le Dynamo Moscou et accédait aux demi-finales de la Coupe des Coupes.

Moment historique pour le club qui venait de rejoindre le
cercle fermé des équipes françaises ayant participé à des ½ finales européennes. Y figuraient : Tours, Vichy, Berck, Villeurbanne, Antibes ; Caen, Orthez et Limoges. Avec CB et Mulhouse cette saison, ce cercle compte maintenant 10 membres.

La demi-finale allait opposer CB au C.A.I. Saragosse. Les retrouvailles allaient être nettement à l’avantage des Espagnols qui s’imposaient à la Meilleraie 95.105 et en Espagne 90.79, le rêve était passé. CB n’ira pas en finale à Genève. Davis et Kevin Magee avaient renvoyé CB à ses études. (Saragosse a été battu en finale par le PAOK Salonique).