Vous êtes ici

1992/1993 (N1A)

1er rang : Olivier Bellony (6), Bruno Lejeune (7), Éric John (11), Olivier Allinéi (8), David Dolivet (13), Antoine Rigaudeau (4).

2ème rang : Laurent Buffard (Entraîneur), Charles Charles-Hélène (Médecin), Michel Léger (Président), Curtis Kitchen (12), Bertrand Van Butsele (10), Christophe Évano (5), Randy Allen (9), Franck Tchiloemba (14), Cyr Gbaguidi (15), Éric Girard (Entraîneur Assistant), Yann Martin (Kiné), Simon Guillou (Entraîneur Assistant).

CHAMPIONNAT

Pour sa première journée, Cholet Basket démarre la saison par une victoire à Roanne 82-67 avec 20 points d'Antoine Rigaudeau. Dès la 2ème journée, Cholet accueille un sérieux prétendant au titre, Antibes, qui se présente à la Meilleraie avec l’ambition de ramener la victoire. Mais cela était sans compter sur le festival de Rigaudeau et d'un Curtis Kitchen impérial aux rebonds. Le match de Limoges sera le « loupé » de la saison et note un triste record : Cholet est défait sur son parquet 58-46 et ce score est le plus faible inscrit par le club. Durant le reste de la phase aller, CB ne perd qu’une seule fois à Gravelines. A la fin de cette première phase, Cholet Basket se classe en 3ème position.

Malheureusement, la phase retour ne va pas se passer comme prévu. CB ne gagne qu’une seule fois hors de ses bases. Ceci s’explique par le fait que de nombreuses blessures sont venues entâcher un début de saison pour le moins réussi. Cholet reste malgré tout dans le groupe de tête mais Gravelines pointe le bout de son nez pour prendre cette quatrième place. De ce fait, la 21ème journée contre Gravelines retient toute l’attention. Pour l’occasion le match est télévisé et les téléspectateurs ne sont pas déçus. A cinq minutes de la fin, Cholet mène de 16 points mais le BCM n’avait pas envie de perdre ce match et Bourgain ramène Gravelines à égalité à 30 secondes du terme de la partie. Puis Gravelines prend l’avantage 88-86. C’est alors qu’Antoine Rigaudeau décoche un tir à trois points seulement primé de 2 car les arbitres estiment qu’il avait franchi la ligne. CB part donc pour une prolongation qui voit à sa fin les deux équipes être encore à égalité. La deuxième prolongation est un festival de sortie de joueurs pour 5 fautes et Gravelines s’impose finalement 114-104. Du coup, Gravelines chipe la 4ème place à Cholet qui termine la saison régulière juste derrière.

Play-offs

La fin de la saison est dure. De plus, Curtis Kitchen se blesse à l’œil et y est indisponible jusqu’au final. Les play-offs sont vite expédiés puisque Cholet est éliminé au premier tour face à Dijon. Pour la première fois, CB ne dépasse pas le stade des 8èmes de finale.

Semaine des AS

Le Tournoi des As étant devenu la Semaine des As, Cholet y participe et rencontre Gravelines dès les quarts de finale. CB prend sa revanche en gagnant 72 à 52. En demi-finale, Cholet est opposé à Limoges. Les Choletais trompent Limoges en ayant une défense intraitable qui laisse le CSP avec une efficacité de seulement 28% aux shoots. CB remporte le match 61-51. Les choletais retrouvent Pau-Orthez en finale et toute l’énergie laissée aux matches précédents a raison des joueurs choletais et s’inclinent 58-71.

photo-saison-92-93.gif
photo-saison-92-93.gif, par a3web

À lui seul, George Muresan (n°13-2,31m) priva CB de sa dernière chance d'emporter les AS. Pour Curtis Kitchen et ses 2,05m, c'était "mission impossible".

Coupe des Coupes

Cholet va être confronté à Split, Kiev, Lisbonne, Galil Elyon et l’Aris Salonique en phase de poule. CB ne remporte que deux matches sur dix et quitte la Coupe d’Europe la tête basse. Dans le même temps, l'équipe de Jim Bilba (CSP Limoges) remportent l’Euroligue face au Benetton Trévise.

Extrait du livre "Cholet Basket : 25 ans au sommet" de Michel Gourichon

92/93 : CB recomposé

Cholet-Basket a vu partir deux de ses pièces maîtresses à l’inter saison. Outre Warner parti pour la Grèce, Jim Bilba est allé rejoindre Limoges et l’Euroligue. Lockart n’ayant pas été reconduit, c’est toute l’ossature de l’équipe qui a disparu. Restent Rigaudeau, Allinei, Van Butsele et John. Laurent Buffard et les dirigeants doivent recomposer et sont allés chercher Ch. Evano (Nantes), B.Lejeune (Limoges), Cyr Gbaguidi(Ronchin). Pour palier au départ des rebondeurs, C. Kitchen arrive de Mulhouse. En 5 saisons au M.B.C., il fut 4 fois 3ème rebondeur du championnat et une fois numéro 1. C’est aussi un gros défenseur, contreur. Le second américain s’appelle Randy Allen. Cet ailier qui tournait à 18/19 points de moyenne en Espagne et en Italie aura la lourde tâche de faire oublier Warner, le chouchou de la Meilleraie.

L’occasion va être donnée aux supporters de juger des qualités de cette équipe fortement recomposée. Cholet Basket compte aussi un nouveau membre. Le club des supporters «les Diables Rouges » a vu le jour cet été, sous l’impulsion de quelques passionnés et de Pierre Boissié. Avec Clément, le Troubadour de CB, et la Fanfare, l’ambiance risque d’être encore plus chaude dans le chaudron de la Meilleraie.

Entre deux déplacements à Roanne (82.67 ; Rigaudeau 20 pts) et Dijon (87.66 ; Allinei 28 pts), CB accueille pour les 2ème et 4ème journées deux prétendants au titre national Antibes et Limoges. Face à Antibes, les spectateurs assistent à un festival des meneurs Rigaudeau (27 pts) et Allinei (20 pts). Avec un Kitchen impérial au rebond (18 prises), CB s’impose 84.76Mais 15 jours plus tard. Les Choletais boivent le bouillon face au CSP Limoges qui, sous la houlette de Bozidar Maljkovic, est devenu maître de la défense «asphyxiante ». Mené 3.4 à la 5’, les joueurs choletais vont devoir attendre la 13’ pour inscrire un second panier. Mais le CSP en avait déjà 25 à son compteur (5.25 à la 13’). Pourtant les joueurs de CB avaient tenté 13 fois d’atteindre le panier. Manque de réussite, défense trop forte. Jamais, L.Buffard et les joueurs ne trouveront de solution. Ils s’inclinent finalement 46.58. Triste soirée pour deux records, celui du plus petit nombre de points marqué dans une rencontre de championnat (46) et celui du plus long temps sans marquer (7’49’’).

Cette défaite n’entama pas trop le moral choletais. Un seul faux pas face à Gravelines (64.83) et CB terminait en 3ème position la phase aller avec 11 victoires et 2 défaites. Une victoire à Pau (80.77) avait clôturé ce joli parcours.

Malheureusement, la phase retour n’allait pas sourire aux Choletais. Alors qu’ils étaient invaincus à l’extérieur, ils n’enregistreront qu’une seule victoire hors de leur base. Une avalanche de blessure déstabilisa progressivement le collectif. Van Butsele, Allinei étaient tour à tour indisponibles. T. Dawson fit une apparition pour 3 rencontres. CB restait malgré tout dans le quatuor de tête mais Gravelines devenait pressant. Le duel Gravelines CB de la 21ème journée retenait toutes les attentions.

Devant les caméras de FR 3, les joueurs des deux équipes se livrèrent un duel sans merci. Rigaudeau et Bourgain jouaient à «je marque-tu marques ». A ce jeu là, CB avait pris une avance considérable (76.60 à la 5’ de la fin). Mais Bourgain ramenait les siens et à 30’’ du terme le BCM était devant (86.88). Rigaudeau décrochait à 3 pts mais les arbitres indiquaient 2 pts. Une prolongation était nécessaire. CB prenait trois petits points d’avance mais à l’ultime seconde Bourgain ajustait à 3 points 98.98. Il fallait une seconde prolongation que seuls les supporters du Sportica verront. C’était l’heure des Simpsons sur FR3 et un technicien zélé donna l’ordre d’interrompre la retransmission du basket. La deuxième prolongation se résuma à des sorties pour 5 fautes. A ce jeu là, ce sont les Choletais qui s’inclinèrent ; Lorsque Rigaudeau alla rejoindre ses équipiers sur le banc, le BCM s’envola vers un succès qu’il n’espérait pas 104.114. Avec 47 points, Rigaudeau réalisait le record de la saison.

Gravelines récupérait du coup une 4ème place que CB ne pouvait reprendre. Les Choletais terminaient 5ème de la phase régulière. Il faudra passer par les 1/8ème de finale en play-off.

Le tournoi des As s’était transformé en Semaine des As avec l’ajout d’un quart de finale contre… Gravelines. Les Choletais voulaient être au tournoi final pour la sixième fois consécutive et ne laissaient aucune chance au BCM (72.52). CB, avec Limoges, sont ainsi les deux seules équipes à avoir participé aux six éditions des As. Mais ce CSP là était indigeste par sa défense redoutable. Qualifiés pour le Final Four à Athènes, les équipiers de Bilba laissaient rarement leurs adversaires dépasser la barre des 60 points.

Les deux défaites infligées par Limoges aux Choletais étaient restées en travers de la gorge de L. Buffard et de ses joueurs. Et comme souvent, le meilleur moyen de piéger l’adversaire est de le prendre à son propre jeu.

En fin stratège, L. Buffard avait donc réservé une surprise au CSP. Tous les joueurs se sacrifièrent dans une défense intraitable qui laissa les joueurs de Limoges a un pitoyable 28% de réussite aux tirs. CB s’imposait ainsi 61.51. Rigaudeau (15 pts) et Lejeune (14 pts) avaient su se défaire de la défense adverse. Young avec un 4/20 aux tirs ne pouvait que constater les dégâts. CB était de nouveau en finale des As et ce pour la quatrième fois. Mais le club des Mauges devait être maudit dans cette compétition. L’énergie déployée face à Gravelines et Limoges ainsi que le forfait d’Allinéi ne permettront pas à CB de rivaliser avec les Béarnais, Muresan, le géant roumain se chargeant de réduire à néant les derniers espoirs choletais. CB s’inclinait 58.71.
Le rideau tombait sur le tournoi des As sans que Cholet-Basket ai pu inscrire son nom au palmarès, en 6 participations et 4 finales. Malgré tout par 3 fois, la place de finaliste a ouvert les portes de l’Europe. Il reste pour les supporters, des souvenirs plein la tête de ces escapades d’un week-end aux quatre coins de la France.

Le retour au championnat était douloureux. Se blessant à l’œil pendant l’entraînement, C. Kitchen était forfait pour la fin de saison. Les dirigeants engageaient un pigiste : Dave Feitl.

Mais la sauce dijonnaise, concoctée par Chris Singleton pour les 1/8ème du play-off, était trop relevée. Ironie du sort les bourreaux de CB se nommaient Skeeter Henry, Paul Fortier et Damien Pastrès. Pour la première fois de son histoire, CB n’atteignait pas les ¼ de finale.

L’équipe, ainsi éliminée devait participer à une coupe de la ligue pour l’attribution d’un billet en coupe Korac. Démotivés et fatigués par une saison longue, les joueurs s’inclinaient en ¼ de finale face à Montpellier après un parcours face à St Brieuc, La Rochelle et St Quentin, clubs de pro B.

Après 5 superbes saisons, CB venait de vivre une année en demi-teinte. Les départs de Warner et Bilba avaient semble-t-il laissé un certain vide. La montée en puissance de Rigaudeau n’avait plus l’effet de surprise qui en avait fait une arme supplémentaire pour l’équipe. Le public avait un peu boudé ce basket moins spectaculaire et il s’agira pour la saison prochaine de le reconquérir. Il faudra aussi retenir A.Rigaudeau, d’autant que beaucoup de clubs font les yeux doux au chouchou de la Meilleraie, qui finissait meilleur joueur français de la saison pour la 3ème fois consécutive.

CB gardait son sang de club formateur. Après avoir été sacré meilleur club de jeunes de France la saison passée, les cadets rapportaient un nouveau titre de Champion de France (le troisième en 7 ans) ; les minimes étaient finalistes du championnat de France et les benjamins demi-finalistes.

Olivier Allinéi, meneur de l’Hermine de Nantes revient avec un brin de nostalgie sur ses années CB et plus précisément sur la saison 92/93.

« Même si ce fut une année où mon compteur dépassa la barre des vingt points dans plusieurs matchs, ceux qui m'ont donné le plus d'émotions sont : le match contre Gravelines ou je crois que je marque 18 points, mais surtout avec un Antoine dont on croyait qu'il ne s'arrêterait plus de marquer (47 points). Un match d'ailleurs télévisé se terminant au couteau jusqu'à la dernière seconde de la seconde prolongation et des téléspectateurs furieux que la dernière minute ne soit pas retransmise. Il y a bien sûr les classiques de la Coupe d'Europe, contre l'Aris et toute son armada, de Giannakis à Roy Tarpley en passant par J.J.Anderson et les autres. L'année 92/93 fut difficile, beaucoup de blessés surtout les Américains. Antoine eu même la malchance un jour à l'entraînement, de mettre son doigt dans l'œil de Kurtis Kitchen et de le sortir de sa cavité (résultat un mois d'arrêt). Nous avions finit la saison sans Américains ».

Des souvenirs :

« Toutes les années Coupe d'Europe avec de grosses frayeurs en avion. Comme à Pesaro ou Jean Paul Rebatet arracha pratiquement l'accoudoir de son siège tellement il s'y accrochait. On est tous descendu de l'avion avec des têtes de mort vivant. Le retour se fit en train, car plus personne ne voulait prendre l'avion ; encore moins le Président Michel Léger. La Coupe d'Europe, ce fut aussi d'interminables voyages avec un super groupe toujours prêt à faire la moindre farce. Des souvenirs aussi de déception comme la 1/2 finale contre Vitoria. Des qualifications incroyables comme celle décrochée à Moscou. Perdu de 17 points à domicile nous gagnons de 21 points là bas. Ce genre de victoires a souvent mis le feu aux soirées d'après match. Des souvenirs il y en a encore beaucoup.
Je vois toujours les Français avec qui j'ai joué à Cholet Basket, mais surtout la plupart sont devenue de grands amis. Cela prouve bien à quel point mes années sous le maillot rouge et blanc sont inoubliables pour moi ».

92/93 Coupe d’Europe (ex Coupe des Coupes)

C’est un CB new look, qui se présente cette saison. CB a «perdu » Warner et Bilba. Autour de Rigaudeau, Allineï, John et Van Butsele, arrivent B. Lejeune, Ch. Evano et les Américains Kitchen et Allen.

Après un voyage sans souci à Dudelange (Luxembourg) et Ovar (Portugal), CB se retrouve en poule quart de finale.

CB se confrontera à Split (Croatie), Kiev (Ukraine), Lisbonne (Portugal), Galil Elyon (Israël) et l’Aris Salonique (Grèce).

Mais l’après Warner et Bilba était certainement difficile à gérer. D’autant que les blessures touchaient Allineï, Van Butsele et Allen.

Le parcours de CB était laborieux et semé d’embûches. Et c’est seulement avec 2 victoires en 10 matchs que Cholet quittait cette Coupe d’Europe.

Giannakis, Roy Tarpley et l’Aris Salonique remportent cette Coupe d’Europe devant Efes Pilsen.

Jim Bilba qui avait rejoint Limoges en début de saison décrochait avec le CSP le titre de Champion d’Europe des clubs devant le Benetton Trévise.