Vous êtes ici

2010/2011 (PRO A)

 equipe_10-11.jpg

equipe_10-11.jpg, par a3web

1er rang : Patrick CHIRON (Président), Erman KUNTER (Entraîneur), DeMarcus NELSON (16), Vule AVDALOVIC (15), Samuel MEJIA (9), Christophe LEONARD (12), Fabien CAUSEUR (5), Mérédis HOUMOUNOU (8), Thierry CHEVRIER (Directeur), Jim BILBA (Entraîneur Assistant).

2ème rang : Jérôme NAVIER (Entraîneur Assistant), Germain BONDU (Préparateur Physique), Mamoutou DIARRA (18), Randal FALKER (14), Claude MARQUIS (11), Romain DUPORT (13), Luc-Arthur VEBOBE (7), Antywane ROBINSON (8), Yann COURBON (Kiné).

LE MOT DU PRESIDENT

2010, année extraordinaire, historique pour le club :

- Champion de France à Bercy le 13 juin

- Qualification directe pour l’Euroleague

- Champion de France Espoirs pour la deuxième année consécutive

- Kevin Seraphin, joueur formé à CB, drafté au 1er tour en 17ème position

Quelle récompense pour le club, la ville et tous les efforts fournis depuis 1975 ! Grâce à vous tous, Partenaires, Supporters et Bénévoles, CB rivalise avec les plus grands d’Europe.

Depuis le mois de juin, quel engouement populaire :

  • la Finale à Bercy avec ses 3500 choletais
  • les matches d’Euroleague à guichets fermés 

Un grand merci à tous ceux qui œuvrent pour ce club, avec une mention particulière à Michel Léger, Président Fondateur et Président pendant 20 ans, sans qui l’aventure n’existerait pas.

L’aventure continue. Cette saison, nous avons :

  • un titre à défendre, nos ambitions sont intactes.
  • la Semaine des As à Pau au mois de février 2011.
  • les Playoffs et pourquoi pas une Finale à Bercy le dimanche 12 juin 2010.
  • le Top16 de l’Euroleague qui serait la cerise sur le gâteau. Tous les espoirs sont permis.
  • sans oublier notre Centre de Formation, Label choletais et référence en France.

Bonne saison à tous.

Allez CB !

Le Président

Patrick CHIRON

CHAMPIONNAT

Phase aller : Les Choletais parviennent à concilier Euroleague et championnat 

Le titre de Champion de France 2010 obtenu avec un effectif très soudé avait fait naître l’espoir d’une reconduction de la même équipe. Finalement, le départ du capitaine intraitable John LINEHAN pour Nancy est vite acté. S’en suivent les départs de Kevin SERAPHIN, qui réalise son rêve NBA en rejoignant les Washington Wizards, de Marcellus SOMMERVILLE au Paris-Levallois, de Thomas LARROUQUIS à Vichy… et du MVP de la finale : Mickaël GELABALE signe à l’Asvel. Arvydas EITUTAVICIUS n’est lui pas conservé. La prolongation des contrats de Samuel MEJIA, d’Antywane ROBINSON et de Randal FALKER, les trois meilleures évaluations de l’équipe sur la saison 2009/2010, offre cependant une première base solide. Au coaching, Erman KUNTER, que des rumeurs insistantes envoyaient chez le club turc de l’Efes Pilsen, a choisi de rempiler. Les départs sont compensés par les arrivées des meneurs étrangers Vule AVDALOVIC et DeMarcus NELSON. Côté français, Luc-Arthur VEBOBE, Romain DUPORT, Mérédis HOUMOUNOU et Claude MARQUIS, de retour de prêt, rejoignent l’effectif.

La préparation se passe sans encombre pour CB, qui semble avoir conservé son assise défensive. Seule ombre au tableau, les petits pépins physiques de Vule AVDALOVIC. Inquiétude vite effacée. Pour l’un des derniers matchs amicaux, à Bonn, le serbe inscrit 20 points en 24 minutes de temps de jeu.

Cholet, le champion des champions

Sur la lancée du titre, les Choletais remportent le 3 octobre le Trophée des Champions face à Orléans, non sans difficulté. Les deux primés de Samuel MEJIA auront eu raison des Orléanais dans les prolongations. Victoire de CB 85 – 79. Le lendemain, une signature surprise va clore pour de bon la campagne de recrutement. L’ailier international Mamoutou DIARRA rejoint CB.

Le premier match de la saison ne permet pas vraiment de tirer des enseignements. Cholet n’a pas à forcer son talent pour venir à bout d’un promu Palois à l’effectif décimé, 89 – 51. 38 points d’écart contre Pau et 36 contre Gravelines une semaine plus tard, mais à l’envers. Le BCM ne fait qu’une bouchée d’un CB absent, 88 – 52, 113 à 39 à l’évaluation.

aller_2.jpg
aller_2.jpg, par a3web

Alors à quoi s’attendre avec ce nouvel effectif ? Dr Jekyll ou Mr Hyde ? Plutôt Dr Jekyll. Pas déstabilisés, les Choletais se présentent effectivement par la suite sous un meilleur angle en empochant quatre succès d’affilée. La victoire sur Lyon-Villeurbanne, lors de la 5e journée est significative. Mené de 10 points à la pause, CB trouve les ressources pour inverser la tendance. DeMarcus NELSON se charge d’éteindre la nouvelle recrue villeurbannaise, Matt WALSH, qui était très en réussite. Antywane ROBINSON, lui, salue à sa manière son ancien coéquipier, Mickaël GELABALE, en lui dunkant dessus, alors que le match est plié. La semaine suivante, c’est la tuile. Fabien CAUSEUR, auteur d’un très bon début de saison, souffre d’une aponévrose plantaire. La guérison réclame du temps et CB devra se passer de ses services pendant de longues semaines. Conséquence directe : la première défaite de la saison à domicile. Privés en plus de Randal FALKER, des Choletais fatigués rendent les armes face à l’adresse Roannaise (58%) et s’inclinent 74 – 92.

Le bilan est alors de cinq victoires pour deux défaites. Les Choletais continuent sur le même rythme pour clore les matchs aller avec onze victoires et quatre défaites… dont la dernière, très rageante, à Poitiers le 22 janvier. Alors que CB avait le match en main, les Poitevins passent un 10 – 2 dans le money time pour s’imposer 67 – 65. Cholet perd alors la tête du classement, devancé d’un point par Roanne. L’Euroleague est désormais terminée pour Cholet et force est de constater que l’équipe a su se montrer compétitive sur les deux tableaux. Les hommes d’Erman KUNTER abordent donc la phase retour avec un calendrier allégé. Une légère modification de l’effectif est à signaler. Le 6 janvier, Claude MARQUIS a quitté l’effectif, d’un commun accord avec le club. Le 12 janvier, le swingman français William GRADIT s’engage avec Cholet Basket pour deux semaines, en qualité de pigiste médical de Fabien CAUSEUR.

liz_9276.jpg
liz_9276.jpg, par a3web

Phase retour : Entre doutes et satisfactions

Toujours en délicatesse avec son pied, l’arrêt de Fabien CAUSEUR est prolongé. William GRADIT en profite pour signer jusqu’à la fin de la saison. Les Choletais ont l’occasion pour le premier match retour, de laver l’affront fait par le BCM au match aller. C’est chose faite, mais avec beaucoup de difficultés. S’appuyant sur son leader de capitaine Samuel MEJIA, aussi créateur (10 passes décisives) que scoreur (18 points), CB l’emporte d’un petit point, 69 – 68, profitant au passage d’un arbitrage contesté. L’ailier du BCM Juby JOHNSON n’a pas refait le coup de son buzzer beater victorieux de la saison passée, ratant le shoot de la gagne. La blessure à la cheville gauche de la révélation « Luca » VEBOBE n’empêche pas CB de remporter ses deux matches suivants sans frayeurs. Coup d’arrêt le 26 février à l’Astroballe. Le nouveau pivot de l’Asvel, Pops MENSAH-BONSU domine à lui seul le secteur intérieur de CB avec des statistiques impressionnantes, 27 points et 13 rebonds pour 39 d’évaluation. Pas dans ses standards habituels, Cholet encaisse 89 points et s’incline de 12 points. Une première alerte pour des Choletais qui ne parviennent plus vraiment à imposer une intensité pendant 40 minutes, comme ils le faisaient en début de saison.

Cholet met les choses au point au match suivant en remportant avec la manière son cinquième succès de rang
sur sa victime préférée, Le Mans. Encore une fois, Samuel MEJIA est étincelant, 25 points, 6 rebonds et 4 passes. Les hommes d’Erman KUNTER confirment dans la foulée face à un adversaire qui les avait malmenés au match aller, à l’instar de Gravelines-Dunkerque. Roanne s’incline dans sa salle 64 – 71. Le secteur intérieur Choletais reprend par là-même des couleurs avec un énorme Randal FALKER, MVP du match. Le pivot américain remporte son duel face au massif Uche NSONWU en signant une feuille de statistiques impeccable : 18 points à 100 %, 7 rebonds et 3 passes pour 28 d’évaluation. Un match référence face à un « gros » conclu par de belles actions collectives.

Des Choletais moins fringants les playoffs approchant

Le match d’après, sans doute un peu trop sûrs d’eux, les Choletais frisent la correctionnelle face au Havre à la Meilleraie. Parfaitement lancé avec un 19-0, CB s’impose finalement sur un tout petit score, 61 – 56. Erman KUNTER est très mécontent et le fait savoir : « Pour un leader de Pro A, le jeu que l'on a proposé n'a vraiment rien de satisfaisant. On s'en sort bien mais ce ne sera pas toujours le cas si on continue comme ça ». Message entendu. Face au Paris-Levallois, les Choletais vont chercher le match avec les tripes, 87 – 90. Vule AVDALOVIC, en pleine forme depuis un mois, parvient à distribuer des caviars aux intérieurs et soigne ses statistiques en inscrivant 21 points. Prometteur.

La suite est un peu plus approximative. Les Choletais choisiraient-ils leurs matchs ? « Certains joueurs ne courent pas beaucoup, je trouve. Je ne sais pas pourquoi. On dirait qu'ils s'économisent pour les entraînements... » déclare le « Malin du Bosphore », au sortir d’une victoire étriquée face à Strasbourg. Le choc de la 28e journée contre Nancy instille un peu plus le doute quant à la forme des Choletais. Samuel MEJIA muselé, 23 ballons perdus et une défaite logique 68 à 79. Une bonne nouvelle tout de même : le retour aux affaires de Fabien CAUSEUR après six longs mois d’absence. Il ne faut plus qu’une victoire à Cholet pour verrouiller la première place. Chose faite face à Poitiers. La dernière défaite à Pau n’a aucune conséquence. CB se tourne vers les playoffs avec un DeMarcus NELSON touché à la main, un Mamoutou DIARRA diminué et un Christophe LEONARD, victime d’un accident de scooter, d’ores et déjà forfait. Pas la préparation la plus sereine qui soit.

PLAY-OFFS

Quarts de finale : des Manceaux très accrocheurs

Match 1 : Une mi-temps CB, une mi-temps MSB
En 24 ans, il n’est arrivé qu’une seule fois que le premier de la saison régulière tombe dès les quarts de finale. Cholet allait-il faire mentir les statistiques ? Le match 1 a en tout cas failli accoucher d’une surprise. Auteurs d’une solide première mi-temps où l’avance était alors de 15 points, les Choletais se sont ensuite heurté à une défense très resserrée. Peu à peu, le jeu collectif a laissé place à des actions individuelles. La décision s’est faite au lancer franc. Souvent raillé pour sa faible réussite dans ce secteur du jeu, CB a retrouvé son adresse au meilleur des moments. Avec un joli 28/33, Cholet s’impose 77 – 75. Ironie de l’histoire, Vule AVDALOVIC, pourtant le meilleur Choletais dans cet exercice, a raté deux lancers importants en fin de match.

Match 2 : Une victoire plus maîtrisée
C’est une bien belle victoire des rouges et blancs. Devant au score du début à la fin du match, CB empoche un court mais précieux succès, 70 – 76. La « MEJIA dépendance », longtemps d’actualité pendant la phase retour de la saison régulière, n’est plus. Le jeu collectif est en nette amélioration, en témoigne les 20 passes décisives délivrées (6 pour Fabien CAUSEUR, 6 pour Vule AVDALOVIC). La marque est mieux répartie, cinq joueurs sont à plus de 10 points inscrits. En face, Joao Paulo BATISTA et Charles LOMBAHE-KAHUDI étaient trop seuls. La hiérarchie est respectée, le 1er de la saison régulière l’emporte en deux manches sur le 8e. Cholet Basket emmagasine de la confiance.

demi_finale.jpg
demi_finale.jpg, par a3web

Demi-finales : Comme on se retrouve…

Match 1 : Tout pour la défense
La meilleure défense du championnat, Gravelines, défie la seconde. Un match de guerrier s’annonce entre deux équipes qui se sont déjà affrontées au même stade de la compétition l’an passé. Fabien CAUSEUR, le détonateur du retour choletais l’an passé se souvient de l’ambiance de la Meilleraie lors de la belle et réclame la même chose. Dans une atmosphère surchauffée, le BCM perd sur blessure l’un de ses meilleurs éléments au bout de 10 minutes de jeu, en la personne de Yannick BOKOLO. Impitoyables, les Choletais ne resserrent pas l’étreinte. Très grosse intensité défensive, belles combinaisons, CB prend les devants dans le sillage d’un Samuel MEJIA une nouvelle fois excellent, et auteur de 17 points à la mi-temps. Le CB brouillon d’il y a quelques semaines s’efface. Le CB mort de faim capable de faire déjouer les meilleures attaques refait son apparition. Ben WOODSIDE, la gâchette du BCM, est déstabilisé (1 / 13 aux shoots). Même maladresse pour Antywane ROBINSON qui paye sa débauche d’énergie en défense (0 / 9). L’équipe des Mauges s’impose fort logiquement 77 – 62 et se pose clairement en candidat à un nouveau titre de champion.

Match 2 : Un cœur de champion ?
Comme à Antarès, Cholet prend rapidement les commandes du match au Sportica pour ne plus les lâcher. Pourtant, les hommes de Christian Monschau donnent tout, à l’image de Yannick BOKOLO qui, bien que diminué, tient sa place. Ils font même un très bon match (52 % de réussite, 19 passes pour 8 ballons perdus) mais tombe sur une équipe qui fait encore un meilleur match. Les Choletais sont ultra motivés et cela se voit. Ils s’arrachent sur chaque ballon (un contre monstrueux de DeMarcus NELSON sur Saer SENE qui lui rend pourtant quelques 20 centimètres) et dominent le rebond, 39 prises à 26. Solidaires et collectifs, en somme. Au terme de la partie, cinq joueurs Choletais terminent avec plus de quinze d’évaluation ! 80 – 84, Cholet élimine Gravelines-Dunkerque pour la deuxième année consécutive. Les hommes d’Erman KUNTER sont alors à onze jours d’un éventuel second titre de Champion de France.

Finale : L'adresse fuit, la victoire aussi

Le buzzer a retenti. Akin AKINGBALA envoie le ballon au plafond de Bercy. Tout l’effectif Nancéien est pris d’une furieuse envie de sprinter. Les Choletais, eux, semblent perdus et cherchent à s’asseoir, comme s’ils ne comprenaient pas ce qu’il vient de se passer. Après 40 minutes d’un combat acharné, c’est bien le SLUC qui est Champion de France, 76 – 74.

Juste après le match, Jean-Luc MONSCHAU est tout sourire en conférence de presse. Tout comme il paraît intrigué. « Quand je regarde la feuille de statistiques, je vois qu’on a été dominé aux rebonds, qu’on a perdu plus de ballons et qu’on a provoqué moins de fautes. Comment a-t-on fait pour gagner alors ? Ah oui, il y a l’adresse » fait-il semblant de s’apercevoir. Quelques instants plus tôt, c’est cette même maudite adresse qui a fui les Choletais, tout le match durant. Les premières secondes avaient pourtant été favorables au Champion en titre. Un temps-mort pris rapidement par Jean-Luc MONSCHAU et le match a pris une autre tournure. Nancy prend l’avantage à la 5e minute et ne le lâchera plus ou presque de la partie. Pour ne rien arranger, Samuel MEJIA écope de sa deuxième faute dès la 7e minute.

Erman KUNTER sort alors de sa poche un joker jusque-là absent de ces playoffs. Un joker nommé Mamoutou DIARRA. L’ailier réalise une entrée remarquée. Insuffisant pour inverser la tendance puisque, à l’opposée totale des Choletais, les Nancéiens font preuve d’une réussite insolente à trois points. Kenny GRANT en tête avec un joli 3/4 à la fin de la première mi-temps. Le passage de Fabien CAUSEUR va faire du bien à des Choletais crispés en attaque. A la mi-temps, le score de 42 – 43 est un moindre mal.

finale_2.jpg

Quand ça ne veut pas rentrer, ça ne veut pas.

Cholet Basket rentre son premier primé du match à la 22e minute, par l’intermédiaire de Vule AVDALOVIC. Le déclic ? Et bien non. Antywane ROBINSON, DeMarcus NELSON, Samuel MEJIA et Vule AVDALOVIC ont les positions, tentent et retentent, mais ça ne veut pas rentrer. D’autant plus rageant qu’en face, les Nancéiens font le boulot et que l’ancien capitaine, John LINEHAN, ne rate presque rien. Mais les Choletais ne veulent surtout pas voir le match leur passer sous le nez. Combatifs, les hommes d’Erman KUNTER s’épuisent à vouloir compenser leur maladresse par un engagement total. CB archi domine le rebond offensif (16 prises à 3 !) mais ne convertit pas ses secondes chances en points.

Par deux fois, Cholet a le mérite de réussir à passer devant au score. Jamais pour très longtemps. Costauds, les Lorrains ne s’appuient pas exclusivement sur leur adresse extérieure et trouvent deux gros points d’ancrage dans la raquette avec Akin AKINGBALA et Victor SAMNICK. Cholet a toujours 5 points de retard à moins de 2 minutes du terme de la partie. Cinq points consécutifs de Fabien CAUSEUR, le meilleur Choletais, font vibrer la marée rouge. Un enthousiasme vite douché par un nouveau panier de John LINEHAN à quelques encablures du buzzer. Le virus gâche la fête des très nombreux supporters Choletais.

Le basket-ball est un sport d’adresse et à la fin… c’est Cholet qui perd. Les Choletais ont tout donné mais avec une telle faillite aux shoots, 31 % de réussite, il était impossible de faire des miracles. Manque de rythme dû aux onze jours d’intervalle entre le dernier match de CB et la finale, stress de la finale en un match sec ou simple malchance, les Choletais échouent à deux petits points. « On reviendra l’année prochaine » glissait Randal FALKER à des supporters, à la sortie de Bercy. Un rendez-vous qu’il conviendrait d’honorer.

finale.jpg

SEMAINE DES AS

LE COUP D’ARRET 

Désemparés, les choletais pouvaient l’être après cette nouvelle élimination prématurée en Semaine des As. En laissant trop de latitudes à son adversaire, CB s’est tiré tout seul une balle dans le pied. Moins mordants, moins volontaires qu’à l’accoutumé, les choletais laissent s’envoler la victoire. En prime, Randal Falker rejoint le groupe déjà bien fourni des intérieurs blessés. Poignardé à 3 secondes du terme par Ronnie Taylor le meneur de Pau, et malgré une ultime tentative d’Avdalovic au buzzer, CB n’aura pas plus longtemps l’opportunité de contester le titre de Vainqueur des As 2011. Pourtant, Samuel Mejia a livré sa partition habituelle (15 points, 21 d’évaluation), bien aidé par la doublette Robinson/Falker (respectivement 18 et 14 d’évaluation) et par un jeune Gobert plein de culot (2 points, 7 rebonds et 8 d’évaluation en 13 minutes. Mais sans agressivité (seulement 3 interceptions) et en faisant preuve de suffisance, CB était finalement trop juste pour pouvoir accéder aux demi-finales. L’histoire retiendra que Gravelines-Dunkerque est sorti victorieux de sa confrontation face à Chalon, et s’est adjugé le titre de Vainqueur des As 2011.

semainde_des_as.jpg
semainde_des_as.jpg, par a3web
COUPE DE FRANCE

CHALON, TON UNIVERS IMPITOYABLE 

Les seizièmes de finale se passent sans encombre majeure. CB a déjà été bien plus inspiré mais c’est suffisant pour franchir l’obstacle Liévin, équipe de N1, sur un score de 65 – 81. Erman KUNTER prend l’adversaire au sérieux et décide de faire jouer ses cadres. Samuel MEJIA joue 37 minutes, DeMarcus NELSON 33. Les deux joueurs terminent avec les meilleures évaluations du match. A Liévin, le meneur Jérôme DESSART tire son épingle du jeu avec 11 points inscrits et 4 fautes provoquées.

L’étape prochaine s’annonce plus délicate face à un adversaire qui a déjà battu CB en championnat. Les choletais se rendent à Chalon avec l’envie de prendre leur revanche. Toujours privés de Fabien CAUSEUR mais aussi de Luc-Arthur VEBOBE, les choletais prennent cependant le match par le bon bout. Romain DUPORT profite de sa présence dans le cinq majeur pour faire un passage remarqué. Présent défensivement, Cholet vire péniblement en tête à la mi-temps, 29 – 32. La partie est très serrée et le public très chaud. Les choletais font le dos rond avant de se désunir dans le dernier quart-temps face à la furia chalonnaise. Les locaux pensent avoir fait le plus dur en étant à +9, mais une faute antisportive ramène les choletais à quelques longueurs. La tension monte d’un cran. Le guerrier « JBAM » échange quelques amabilités avec « l’Amiral NELSON ». Vule AVDALOVIC, qui est lui aussi monté en température redescend soudainement pour faire une nouvelle fois parler son sang froid dans le money time. CB a même l’occasion d’arracher les prolongations mais Randal FALKER manque son lay-up. C’est la fin, 75 – 73. Cette équipe Chalonnaise ne réussit décidément pas à CB qui réalise d’ailleurs exactement le même parcours que l’année dernière. Elimination dès le premier tour des AS, puis sortie en seizièmes de finale de la Coupe de France.

coupe_de_france.jpg
coupe_de_france.jpg, par a3web
EUROLEAGUE

21/10/10 : MONTEPASCHI SIENNE – CHOLET BASKET : UNE MEME SEMAINE, DEUX GIFLES

Cholet ne se présentait pas dans des conditions idéales chez le multiple Champion d’Italie, après sa déroute en Pro A à Gravelines. Au final, c’est un deuxième revers dur à encaisser, 76 – 44. Pourtant, tout n’est pas à jeter dans ce match. Mal partis (16 – 4 à la 6e minute), les Choletais ont retrouvé leur agressivité défensive en même temps qu’un point de fixation à l’intérieur via Randal FALKER dans le second quart-temps, pour signer un magnifique 0 – 11. 33 – 28 à la mi-temps, l’espoir était permis. Mais le second acte est un long chemin de croix, perdu 43 points à 16. En cruel manque de solutions offensives, les Choletais ne font pas le poids face au collectif léché des Italiens. Le retour de Luc-Arthur VEBOBE face à Barcelone est vivement attendu.

27/10/10 : CHOLET BASKET – BARCELONE : L’EXPLOIT AU BOUT DES DOIGTS

L’ambiance est surchauffée dans une Meilleraie pleine à craquer pour la venue tant attendue de l’ogre Barcelonais. Tous les supporters brandissent les mini tifos rouges « Allez CB ». Mais intimidés, les Choletais réalisent la même entame de match que face à Sienne. Les Barcelonais, portés par un puissant et adroit Boniface N’DONG appuient à l’intérieur. Avec succès puisqu’ils mènent 29 – 14 après 11 minutes de jeu. Cholet rentre alors pleinement dans son match. Les manques de centimètres dans la raquette sont compensés par une grosse activité. Profitant d’une baisse d’adresse aux shoots extérieurs du Barça, CB revient à cinq petits points. Avant de se refaire distancé sur la qualité de shoot de Juan-Carlos NAVARRO. A la mi-temps, le score est de 29 à 38. Cholet va mieux mais doit courir après le score.

Des Choletais au four et au moulin s’inclinent sans démériter.

Au retour des vestiaires, les hommes d’Erman KUNTER tentent d’imposer encore plus d’intensité, à l’image de deux gros shoots en pénétration de DeMarcus NELSON. La défense est aux aguets mais c’est plus compliqué en attaque. Antywane ROBINSON fait un bien fou à son équipe en rentrant deux primés très difficiles en fin de possession. C’est cependant toujours insuffisant pour CB qui compte encore 7 longueurs de retard à l’entame du dernier quart. Le dernier quart, c’est le moment choisi par Samuel MEJIA pour prendre feu. En défense, Luca VEBOBE fait le boulot, faisant perdre deux ballons au Barça. Un nouveau panier de Samuel MEJIA fait se lever la Meilleraie. Cholet revient à un point à deux minutes de la fin. L’intérieur slovène du Barça, Erazem LORBEK, qui était à 0 / 2 aux primés rentre alors deux tirs d’un sang froid incroyable. La marque des grands. Cholet s’incline 77 – 84 mais a montré sur ce match que le Top 16 était possible. « Je pense que Cholet va vraiment faire souffrir beaucoup de monde. Avec un public pareil, ils vont gagner des matches à domicile, c’est quasi-obligatoire » déclare à la fin du match Xavi Pascual, le coach Barcelonais.

euroligue_1.jpg
euroligue_1.jpg, par a3web

04/11/10 : CHOLET BASKET – LIETUVOS RYTAS : CB DEBLOQUE SON COMPTEUR

Erman KUNTER a fait du Lietuvos Rytas un concurrent direct pour l’accession au Top 16. A domicile, les Choletais ne peuvent pas se permettre une défaite. Mal en point en championnat, Vilnius profite du début de match pour reprendre doucement confiance. Très rugueux, les lituaniens bousculent des Choletais qui bafouillent leur jeu d’attaque. A la faveur d’une grosse entame de deuxième quart-temps, Vilnius commence à prendre ses distances, 18 – 26. C’est alors que Cholet se réveille, ce qui a le mérite de calmer « le Malin du Bosphore » qui était en train de perdre patience. Sous l’impulsion de Randal FALKER au rebond et de Fabien CAUSEUR à la création, CB renverse totalement la situation pour prendre 9 longueurs d’avance. En faillite aux lancers francs, Cholet gaspille une partie de son avantage avant la pause, 37 – 33.
CB ne parvient pas à tuer le match et s’en remet aux nerfs d’acier de Vule AVDALOVIC.

Toujours emmenés par un excellent Fabien CAUSEUR, les Choletais prennent pour la première fois du match 10 points d’avance. Suffisant pour faire douter son adversaire ? Pas du tout. CB retombe dans ses travers. Le jeu d’attaque manque de liant, la défense se relâche. Les shooteurs lituaniens trouvent des positions et ne se font pas prier pour mettre les shoots. A la 28e minute, Vilnius est déjà revenu à égalité. Cholet semble être en mesure de contrôler le match mais se fait peur. Très peur même. Khalid EL-AMIN, le meneur du Lietuvos qui déchirait jusqu’à présent son match permet à son équipe de passer devant alors qu’il reste une minute et treize secondes à jouer. L’expérimenté Vule AVDALOVIC prend les choses en main. Un panier à huit mètres et quatre lancers réussis en autant de tentatives, et le match tombe dans l’escarcelle choletaise, 73 – 69. Si Vule AVDALOVIC a été « clutch » dans le money time, Randal FALKER a été énorme sur l’ensemble du match, inscrivant 11 points et aspirant 14 rebonds. Les Choletais auraient pu gagner plus largement mais se satisfont de leur première victoire. Une victoire acquise alors que les deux leaders offensifs, Samuel MEJIA et Antywane ROBINSON sont passés à côté de leur match. Plutôt rassurant.

11/11/10 : CIBONA ZAGREB – CHOLET BASKET : CB NE TREMBLE PAS EN TERRE CROATE

Le Cibona en proie à de grosses difficultés financières, c’est une équipe composée de jeunes joueurs qui se présente face à Cholet Basket. Pour la première fois, les Choletais abordent le match dans la peau du favori, bien qu’ils soient en déplacement. Et ça leur réussit plutôt bien. Alors que la défense du Cibona fait preuve de naïveté, Cholet termine une première mi-temps offensive sur le score de 40 – 46. Vule AVDALOVIC mène la barque et le ballon circule bien. Antywane ROBINSON et Sammy MEJIA veulent se racheter de leur dernière prestation et rentrent des shoots importants. Même la blessure à une cheville de l’important Randal FALKER, remplacé au pied levé par Luca VEBOBE, ne perturbe pas les Choletais. Des Croates combatifs ont toutefois plusieurs fois l’occasion de passer devant. En vain. Ils craquent physiquement dans les dernières minutes, Cholet conclut tranquillement le match 71 – 84. Les rotations étaient trop limitées pour que le Cibona puisse résister sur la durée. Quatre joueurs croates finissent la partie avec plus de 37 minutes de jeu.

euroligue_5.jpg
euroligue_5.jpg, par a3web

17/11/10 : CHOLET BASKET – FENERBAHCE ULKER : UNE VICTOIRE HEROIQUE

Mais quelle mouche a donc piqué les Choletais ? Privés pourtant de Fabien CAUSEUR et de Randal FALKER, tous deux forfaits sur blessure, les joueurs d’Erman KUNTER réalisent l’impossible en venant à bout du « Fener », jusque-là invaincu toutes compétitions confondues.

« Sensationnel Cholet », « Magistral », « Admirable ».

La presse ne tarit pas d’éloge sur l’exploit que vient de réaliser l’équipe des Mauges. La leçon des premiers matchs a été retenue. Cette fois-ci, Cholet Basket ne met pas un quart temps à rentrer dans son match. Bien que la taille des intérieurs turcs pose problème à CB, 6 – 11 à la 4e minute, les Choletais font preuve d’une abnégation sans faille. D’une intensité rare, la défense choletaise dérègle la mire des snipers adverses et pour couronner le tout, Luc-Arthur VEBOBE est une nouvelle fois une arme de dissuasion massive dans la raquette. Les supporters Stambouliotes, très bruyants en début de match, ne rêvent pas. A la pause, c’est bien Cholet qui est devant, 41 – 34. Ca devient une habitude, les « petits » Choletais prennent plus de rebonds que leurs longilignes adversaires, 23 à 14.

Une partition sans fausse note.

Signe de l’agacement du « Fener », le coach Neven SPAHIJA se voit siffler une faute technique au début de la deuxième mi-temps. Tout simplement exceptionnel, le capitaine Samuel MEJIA réussit pratiquement tout ce qu’il tente. Les Choletais prennent plus de 10 points d’avance mais un primé de Roko UKIC juste avant le buzzer ramène les Choletais à la réalité. 60 – 52, la partie est loin d’être gagnée. Les Stambouliotes jettent leurs dernières forces dans la bataille et recollent à quatre points. Mais le funambule Samuel MEJIA sévit une nouvelle fois. 36e minute, 72 – 63. La fin de match est une histoire de lancer franc où les Choletais ne tremblent pas. C’est fait. Les supporters comme les joueurs et le staff lèvent les bras au ciel. Samuel MEJIA (29 points à 9 / 12, 6 fautes provoquées, 5 rebonds et 3 passes) est porté en triomphe. Le collectif choletais l’emporte sur l’armada de Fenerbahce 82 – 78. L’action du match est pour CB. Vule AVDALOVIC qui adresse une passe en hauteur pour Luc-Arthur VEBOBE. Positionné près de la ligne de fond, l’intérieur adresse instantanément une passe volleyée pour Antywane ROBINSON qui part au dunk. « On voulait montrer que Cholet n’était pas une petite équipe » indique l’américain. C’est réussi.

euroligue_3.jpg
euroligue_3.jpg, par a3web

24/11/10 : CHOLET BASKET - MONTEPASCHI SIENNE : RETOUR SUR TERRE

Cholet doit toujours composer sans Fabien CAUSEUR mais Sienne doit aussi faire sans un joueur majeur, Shaun STONEROOK. Le match aller est oublié, les débats sont équilibrés. La défense choletaise fait son travail, elle contient bien l’attaque italienne. CB remporte le premier quart 18 – 14. Cholet ne baisse pas d’intensité et enquiquine sérieusement son prestigieux adversaire. Un engagement qui se traduit une fois de plus au rebond. A la mi-temps, Cholet a pris 16 rebonds offensifs, son adversaire 0 ! Un effort presque sans conséquence puisque CB mène seulement de deux petits points à la pause, 35 – 33.

La défense de Sienne monte en température, la tâche se complique.

Le match repart sur les chapeaux de roue. Antywane ROBINSON et Ksistof LAVRINOVIC se répondent du tac au tac. Mais la Meilleraie sent son équipe en surrégime et pousse encore plus fort derrière elle. Il reste un quart-temps, les deux équipes sont à égalité, tout reste à jouer. Le match semble inexorablement basculé du côté des Italiens. Lentement mais surement l’intensité retombe. Entre des joueurs froids ou à bout de forces, CB ne trouve plus le bon rythme. Plus frais et plus expérimentés, les italiens ne laissent pas les Choletais revenir et l’emporte 61 – 70. Le lituanien Ksistof LAVRINOVIC est sans conteste l’homme du match avec 23 points, 8 rebonds et 10 fautes provoquées. Cette défaite offre deux lectures. La première, optimiste : même fatigué, CB est parvenu à s’accrocher. De bon augure pour la suite. La deuxième, marquée par les regrets : ce Sienne là, peu adroit au shoot (1 / 10 à trois points), était prenable. Il faut maintenant aller chercher une victoire à l’extérieur pour assurer le Top 16.

euroligue_4.jpg
euroligue_4.jpg, par a3web

02/12/10 : BARCELONE – CHOLET BASKET : LE BARCA SE REGALE

Piqué au vif par la résistance des joueurs des Mauges dans le premier quart-temps, le Regal FC Barcelone a vite amélioré son niveau de jeu pour anéantir les chances des visiteurs. Et encore, le Barça était amputé de deux joueurs majeurs, Juan-Carlos NAVARRO et Pete MICKAEL.

Le premier quart-temps est pourtant de très bonne facture. Antywane ROBINSON est d’une adresse redoutable et Claude MARQUIS fait du ménage dans la raquette. CB empoche le premier quart 18 – 20. La suite est plus que compliquée. La soudaine énorme défense de Barcelone empêche les systèmes de se mettre en place. Le ballon ne circule plus, le collectif vole en éclats. Les Champions en titre raflent la période 26 – 8.
S’en est déjà presque fini des chances Choletaises. Erman KUNTER, résigné ou en quête de solutions effectuent de nombreuses rotations. A la faveur d’un 9 – 0 guidé par DeMarcus NELSON et un bon Christophe LEONARD, les Choletais se remettent à y croire. Mais le Barça gère tranquillement son match alors que le pivot Kosta PEROVIC s’éclate en attaque. Il y a un monde d’écart entre les deux équipes que le score final ne traduit pas totalement. Cholet s’incline dignement 76 – 62. Se profile maintenant un déplacement à Vilnius à ne surtout pas rater.

09/12/10 : LIETUVOS RYTAS – CHOLET BASKET : DEFENSE, OU ES-TU ?

Pour un match pourtant décisif, Cholet a donné l’étrange impression de ne pas se livrer totalement. Les Lituaniens, qui avaient visiblement bien préparé leur match, ont appuyé là où ça fait mal : le secteur intérieur.
« Défensivement, c’était catastrophique. Ce que j’ai vu m’inquiète ». Erman KUNTER ne fait pas dans la demi-mesure. Ses joueurs n’ont pas eu de réactions d’orgueil ou de pics d’intensité, comme lors des matchs précédents. Les Choletais ont traversé le match sur un même rythme. Un faux rythme. Les « babars » lituaniens ont laminé un secteur intérieur choletais où seul Claude MARQUIS est parvenu à se faire respecter. Milko BJELICA à 18 points, Cemal NALGA et Kenan BAJRAMOVIC à 16, soit 50 points encaissés près du cercle. En difficulté sur jeu placé, CB n’a pu compenser ces défaillances par son attaque. Triste défaite 92 – 80. Sur la forme, Cholet a encore toutes les cartes en main pour accéder au Top 16. Sur le fond, ce n’est pas vraiment la même histoire. Une victoire de Vilnius face à Barcelone mettrait les Choletais en grande difficulté.

euroligue_2.jpg
euroligue_2.jpg, par a3web

15/12/10 : CHOLET BASKET – CIBONA ZAGREB : CORIACES, LES JEUNES CROATES

Le Cibona éliminé depuis longtemps, on pouvait s’attendre à une victoire aisée des Choletais. Elle en prend d’ailleurs le chemin avec le début de match flamboyant d’Antywane ROBINSON à 4 / 4 au shoot. Cette équipe de Zagreb ne se désunit pas. Bogdan BOGDANOVIC vient rappeler par un primé que le Cibona défendra chèrement sa peau. Cholet Basket relâche un peu la pression dans le deuxième quart pour boucler la mi-temps avec une avance peu confortable, 38 – 33.

Vule AVDALOVIC, fâché avec son adresse, endosse le rôle du distributeur de ballons. Tactique payante. Les pénétrations et la vision du jeu du Serbe déstabilise la défense croate, presque toujours prise à revers. Les intérieurs Choletais, ravis de recevoir le ballon dans de bonnes conditions font augmenter l’écart. Sur une contre-attaque, Vule AVDALOVIC préfère transmettre le ballon à Luc-Arthur VEBOBE plutôt que d’inscrire un panier facile. A la télévision, le changement de jeu du meneur ne passe pas inaperçu. « Vule AVDALOVIC est dans un registre passe décisive. Oh le coquin ! » s’enflamme Jacques MONCLAR. L’expulsion de Leon RADOSEVIC, qui est sorti de ses gonds, à la 35e minute scelle définitivement le sort du match. CB remporte un succès qui était obligatoire. Le score est de 81 à 65 mais le combat fut plus dur que prévu. Samuel MEJIA et Antywane ROBINSON ont bien alimenté la marque, avec 16 et 15 points. Sauf mauvaise surprise, c'est-à-dire une victoire le lendemain de Vilnius sur Barcelone, Cholet Basket est qualifié pour le Top 16. Le problème, c’est que les lituaniens, jouant leur va-tout, s’impose par la plus petite des marges face au Barça, 88 – 87. Ce même petit point d’écart qui avait crucifié par deux fois les Choletais la saison passée en Eurocup, face au Benetton Trévise. Vraiment pas veinards, les rouges et blancs sont désormais forcés d’aller chercher un succès dans l’antre du « Fener ». Mission quasi impossible.

23/12/10 : FENERBAHCE ULKER – CHOLET BASKET : AÏE, AÏE, AÏE

Cholet Basket avait entamé la compétition par une lourde défaite de 32 points et termine par… une très nette défaite de 32 points. Entre les deux il y eut bien sûr des coups d’éclats, mais pas assez nombreux et réguliers pour atteindre le Graal du Top 16 européen. « Fenerbahçe est une bien meilleure équipe que nous » déclarait, dépité mais réaliste sur les moyens des deux clubs, Vule AVDALOVIC après la déroute choletaise. Car au Sinan Erdem Arena, de match il n’y pas eu. Dépassés physiquement, techniquement puis mentalement, les Choletais encaissent un cinglant 93 – 61. Sans doute entamé sur le plan physique, CB n’a pas su reproduire sur la phase retour les mêmes performances qu’à l’aller, le temps où CB compensait son manque de physique et d’expérience par un engagement de tous les instants. Cholet Basket y a cru mais doit vite tourner la page. La belle parenthèse Euroleague est terminée.

RECOMPENSES INDIVIDUELLES

CHOLET BASKET A L’HONNEUR.

Eblouissant toute la saison, Samuel Mejia aura drivé d’une main de maître l’équipe choletaise vers les sommets de la Pro A. Avec 18 points, 5,1 rebonds et 4 passes pour 18,6 d’évaluation il est en toute logique élu MVP Etranger de Pro A.

recompenses_individuelles.jpg
recompenses_individuelles.jpg, par a3web

Malheureux l’année précédente, en étant élu 2ème meilleur coach de Pro A, Erman Kunter brigue cette année la première marche du podium. Avec les belles prestations de CB en Euroleague, la 1ère place de saison régulière et une finale des playoffs, le maestro Kunter obtient pour la première fois le titre honorifique de Coach de l’Année de Pro A.

recompenses_individuelles_2.jpg
recompenses_individuelles_2.jpg, par a3web

Dans le cadre du All Star Game annuel organisé par la Ligue National de Basket, plusieurs choletais ont été à l’honneur. Luc-Arthur Vebobe retenu avec la sélection française, Samuel Mejia et Erman Kunter avec la sélection étrangère ont pris part au rassemblement des étoiles de la Pro A. A cette occasion, le meneur serbe de CB, Vule Avdalovic a épaté son monde en remportant le concours à trois points face à l’ailier Orléanais, Maleye NDoye.