Avant Killian Hayes, les autres pépites formées à Cholet et draftées en NBA

20.11.2020

Killian Hayes a été retenu à la septième place de la Draft par les Detroit Pistons ce jeudi. Avant le meneur, de nombreux joueurs français ont fait leurs armes au centre de formation de Cholet avant d'obtenir les faveurs de la NBA. Tour d'horizon.

Thumbnail

(V. Michel/L'Équipe)

Killian Hayes (2017-19) : Après sa carrière professionnelle, DeRon Hayes décide de s'installer définitivement à Cholet. C'est donc naturellement que son fils Killian prend une licence au club local dès l'âge de sept ans. En 2016, il refuse même l'entrée à l'INSEP pour rester entre les mains des formateurs du Cholet Basket, et découvre le monde professionnel l'année suivante. Du haut de ses 17 ans, il se distingue par deux rencontres avec 17 points inscrits avant de filer en Allemagne la saison dernière, au Ratiopharm Ulm.

Thumbnail

(V. Michel/L'Équipe)

Rudy Gobert (2011-13) : originaire de Saint-Quentin, il pose ses valises dans les Mauges en 2007. Mais ses saisons chez les cadets sont tronquées par une croissance tardive : à 17 ans, il mesure déjà 2,10m ! Chez les espoirs, il brille avec l'équipe de France comme avec le CB : sacré MVP du championnat de France Espoirs, le pivot rejoint le groupe professionnel à 19 ans. Dès sa deuxième saison, il termine meilleur contreur (1,7 par match), deuxième dunkeur et avec le meilleur pourcentage aux tirs à deux pts (73,6 %) de la Pro A. Des statistiques qui poussent Denver à le drafter au 27e rang avant de l'envoyer au Utah Jazz.

Thumbnail

(B. Papon/L'Équipe)

Kevin Seraphin (2008-10) : après un an à Poitiers, le Guyanais réalise des premiers pas compliqués avec les cadets de Cholet en 2006. La saison suivante, à 18 ans, il est sacré Champion de France Espoirs, et intègre définitivement le groupe d'Erman Kunter en 2009/2010. Son potentiel éclot quelques mois plus tard, en Pro A et en Eurocoupe, et il est sacré champion de France en fin de saison, malgré une blessure en finale. La récompense intervient dans la foulée : Séraphin est drafté à la 17e place par les Chicago Bulls, qui l'échangent aux Washington Wizards.

Thumbnail

(P. Lablatinière/L'Équipe)

Rodrigue Beaubois (2006-09) : après une enfance en Guadeloupe, Beaubois rejoint le centre du Cholet Basket à 17 ans. Après une saison éclair chez les Espoirs, il débarque chez les professionnels, et remporte la Semaine des As en 2008, où il marque 4 points et offre 2 passes décisives en finale. La saison suivante, il progresse en défense et passe du poste de meneur à celui d'arrière, avant d'aider son club à accéder au Final Four de l'Eurochallenge. Elu meilleure progression de Pro A, il est sélectionné en 25e position par l'Oklahoma Thunder avant de rejoindre les Dallas Mavericks pour quatre saisons.

Thumbnail

(M. Francotte/L'Équipe)

Nando de Colo (2006-09) : dès sa première saison au Cholet Basket, à 15 ans, il remporte le Mondial cadets. Impressionnant chez les Espoirs, il intègre l'équipe première trois ans plus tard et collectionne les titres sous les ordres d'Erman Kunter : MVP du All-Star Game 2007, le Nordiste est aussi élu MVP et meilleure progression de la saison de Pro A. Il remporte son premier titre lors de la Semaine des As 2008, dont il est également nommé MVP. Choisi en 53e position par les Spurs de San Antonio lors de la draft 2009, il préfère poursuivre sa carrière en Europe et rejoint le club de Valence.

Thumbnail

(P. Montigny/L'Équipe)

Mickaël Gelabale (2001-04 puis 2009-10) : d'origine guadeloupéenne, il débarque à Cholet à l'âge de 16 ans. Deux ans plus tard, il intègre l'effectif professionnel, mais ne brillera vraiment que lorsqu'il rejoint le Real Madrid, en 2004. Il est ensuite drafté en 48e position par les Seattle Supersonics en 2006. Mais, handicapé par une blessure au genou, l'ailier se retrouve sans club trois saisons plus tard. C'était sans compter le soutien d'Erman Kunter, qui le fait revenir à Cholet en novembre 2009. Un pari qui s'avère gagnant, puisque Cholet est couronné champion de France cette saison-là et Gelabale est élu MVP de la finale.

Thumbnail

(P. Lablatinière/L'Équipe)

Antoine Rigaudeau (1987-95) : le natif de Cholet prend sa première licence à l'âge de 7 ans. Il intègre la Nationale 1 A, ancêtre de la Pro A, à l'âge de 15 ans et 11 mois, devenant le plus jeune joueur de l'époque. Plus tard, le meneur marquera encore un peu plus l'histoire, remportant à quatre reprises le titre de MVP français avec son club formateur. Rigaudeau dispute alors une Summer League sous les couleurs des Houston Rockets, sans pouvoir intégrer la NBA. Ce n'est qu'en 2003 que les Dallas Mavericks lui offrent sa chance. Mais le Français est barré par Steve Nash et Nick Van Exel à son poste, et quittera les États-Unis quelques mois plus tard.

Source : Le Journal L'Équipe - Jeudi 19 novembre 2020

---------------------------------------------------------------------

Cholet, fournisseur officiel de joueurs draftés en NBA

La draft NBA 2020, qui débutera à 1 heure du matin ce jeudi 19 novembre, mettra une nouvelle fois à l'honneur Cholet Basket. Killian Hayes devrait y jouer les premiers rôles et Abdoulaye Ndoye pourrait aussi hériter d'un strapontin. À ce jour, Cholet Basket a déjà vu cinq joueurs de son centre de formation être draftés en NBA. Aucun autre club de France n'a fait aussi bien.

Un peu d'histoire pour commencer. En chiffres.

1. Le premier Français drafté en NBA fut Jean-Claude Lefebvre en 1960 ! Pivot de 2,18 m formé à Roanne, il est sélectionné au 64e rang par les Minneapolis Lakers. Mais il ne jouera jamais. Le premier Français drafté à jouer en NBA fut Tariq Abdul Wahad. En 1997, Olivier Saint-Jean – son nom de naissance – avait été sélectionné en 11e position par Sacramento.

36. C'est à ce jour le nombre de joueurs français draftés dans l'histoire de la NBA.

5. Parmi ces 36 heureux élus, cinq ont été formés à Cholet Basket (Gelabale, Séraphin, Beaubois, De Colo, Gobert). Aucun autre club de l'Hexagone n'a fait mieux. Pau en compte quatre (Petro, M. Pietrus, Diaw, Okobo) et Chalon trois (Lessort, Michineau, Lauvergne).

Mickaël Gelabale, le pionnier

Drafté en 2005 – 48e par Seattle Supersonics

Après des débuts à l'Étoile de l'Ouest de Pointe-Noire, dans sa Guadeloupe natale, Mickaël Gelabale débarque à Cholet en 1999 et joue son premier match avec les pros le 6 octobre 2001. Ses progrès sont étourdissants tant et si bien qu'en 2004, il quitte Cholet pour le prestigieux Real Madrid.

En 2005, à 22 ans, l'ailier est drafté au 48e rang par les Seattle Supersonics. Gravement blessé au genou, Gelabale reviendra à Cholet en 2010, le temps d'être sacré champion de France. Puis goûtera une dernière fois aux fastes de la NBA en 2013 avec les Minnesota Timberwolves. Il a ensuite sillonné l'Europe et la France jusqu'à poser ses valises à Chalon où il joue depuis 2017.

Son parcours NBA : 3 saisons – 145 matchs

2006-2008 : Seattle Supersonics

2013 : Minnesota Timberwolves

Rodrigue Beaubois, champion par procuration

Drafté en 2009 – 25e par Oklahoma City (immédiatement échangé avec les Dallas Mavericks)

Comme avec Gelabale, tout commence en Guadeloupe pour Rodrigue Beaubois, avec le club du New Star. Avec CB, il dispute ses premières minutes de professionnel le 23 septembre 2006 en Pro A. Moins de trois ans plus tard, il devient le premier Choletais drafté au premier tour en NBA. Son nom est cité au 25e rang. Après avoir coiffé la casquette d'Oklahoma City, la franchise qui l'a choisi, il est immédiatement échangé avec les Dallas Mavericks, la franchise qui le voulait vraiment.

Au Texas, Beaubois s'éclate. Le 27 mars 2010, il inscrit 40 points sur le parquet des Golden State Warriors. Parmi les Français, seul Tony Parker a fait mieux avec notamment un carton à 55 points. Mais le conte de fées s'arrête le 14 avril 2011 quand Beaubois se fracture le pied gauche contre la Nouvelle-Orléans. Quelques semaines plus tard, Dallas sera sacré champion NBA sans Beaubois.

Son abnégation lui permet de revenir jouer deux bouts de saison avec les Mavericks, mais son physique reste fragile. En 2014, il revient en Europe, à Charleroi (Belgique). Puis se relance pleinement au Mans et à Strasbourg. Après un passage à Vitoria (Espagne), il reste aujourd'hui l'un des meilleurs joueurs d'Euroligue et brille en Turquie sous les couleurs de l'Anadolu Efes Istanbul.

Son parcours NBA : 4 saisons – 188 matchs (dont 6 de play-offs)

Champion NBA en 2011 (blessé, il ne dispute que 28 matchs cette saison-là)

2009-2013 : Dallas Mavericks

Nando De Colo, l'Européen

Drafté en 2009 – 53e par San Antonio Spurs

2009 fut une année historique pour Cholet. Dans la foulée de Beaubois, ce fut en au tour de Nando De Colo d'être drafté. Nordiste dans l'âme, le Ch'ti débarque à Cholet en 2002 et gravi les échelons quatre à quatre. Son style de jeu au poste de meneur n'est pas sans rappeler celui d'Antoine Rigaudeau, un de ses illustres prédécesseurs. En 2008, il est élu MVP du championnat de France au terme de sa première saison professionnelle !

En 2009, il est drafté en NBA, mais le grand saut outre-Atlantique attendra. Il prend en effet la direction de Valence (Espagne) afin de poursuivre sa progression et s'aguerrir aux joutes européennes. En 2012, San Antonio fait appel à lui. Il reste dans le Texas jusqu'en février 2013 avant d'être envoyé aux Raptors de Toronto (Canada).

Après ces expériences enrichissantes mais compliquées, De Colo choisit de revenir à ses premières amours européennes en 2014. À son aise dans le costume du leader du CSKA Moscou durant cinq saisons, il s'épanouit aujourd'hui en Turquie avec le Fenerbahçe Istanbul.

Son parcours NBA : 2 saisons – 125 matchs (dont 6 de play-offs)

2012-2013 : San Antonio Spurs

2013-2014 : San Antonio puis Toronto Raptors

Kevin Séraphin, le roc

Drafté en 2010 – 17e par les Chicago Bulls (immédiatement échangé avec les Wahington Wizards)

En attendant de voir à quelle sauce sera drafté Killian Hayes la nuit prochaine, Kevin Séraphin reste à cet instant précis le Choletais le mieux drafté de l'histoire. Au tout début, en Guyane, Séraphin rêvait pourtant de devenir footballeur professionnel. Mais c'est sur les terrains de basket qu'il brille grâce à son gabarit. Repéré par Cholet, il est envoyé une saison en couveuse à Poitiers (2006). Puis déboule et se fait une place au milieu des pros choletais. En 2010, il se blesse au genou en demi-finale des play-offs de Pro A. Ce qui le prive de la finale remportée par CB à Bercy. À cet instant, Séraphin a même craint le pire puisque la draft NBA a lieu quelques jours plus tard. Mais le profil physique du pivot choletais séduit outre-Atlantique et Séraphin joue son premier match NBA le 14 décembre 2010 avec Washington face aux Los Angeles Lakers.

Entre 2015 et 2017, il tente de donner un nouvel élan à sa carrière américaine à New York puis Indiana. Sans véritable succès. En 2017, il revient donc en Europe au FC Barcelone. Plombé par des blessures récurrentes aux genoux, il vient d'annoncer, en octobre 2020, sa retraite sportive.

Son parcours NBA : 7 saisons – 437 matchs (dont 14 de play-offs)

2010-2015 : Washington Wizards

2015-2016 : New York Knicks

2016-2017 : Indiana Pacers

Rudy Gobert, le meilleur reste à venir

Drafté en 2013 – 27e par les Denver Nuggets (immédiatement échangé avec Utah Jazz)

Tout a déjà été dit ou presque sur Rudy Gobert. Né à Saint-Quentin, il débarque en 2007 à Cholet en jouant au poste… d'ailier. Mais quelques mois et une croissance incroyable plus tard, il s'installe au poste de pivot en Pro A. Rapide et doué d'une envergure incroyable (2,36 m), il quitte Cholet en 2013 et s'envole pour Utah où les Jazz ont parié sur lui. Depuis ? Il s'éclate et cartonne en NBA. Affublé de plusieurs surnoms (« Gobzilla », le gobeur de rebond, « The Stifle Tower », la tour infernale), il est élu meilleur défenseur de la NBA en 2018 et 2019. En février 2020, il participe au premier All Star Game de sa carrière. Prochaine étape ? Le titre NBA

Son parcours NBA (carrière en cours) : 7 saisons – 506 matchs (dont 32 de play-offs)

2013 –… : Utah Jazz

Et aussi : Antoine Rigaudeau a goûté à la NBA sans être drafté

Au sommet de sa gloire, Antoine Rigaudeau a 31 ans quand il quitte l'Europe pour la NBA, en janvier 2003. En un tout petit peu plus d'un mois, il dispute 11 bouts de matchs avec les Dallas Mavericks. Son temps de jeu ? 89 minutes et 24 secondes. Son bilan ? 17 points (9/40 aux tirs), 6 passes et 6 ballons perdus.

Tristan BLAISONNEAU

Source : Le Courrier de l'Ouest du mercredi 18 novembre 2020

Autres actualités

Des nouvelles de...
19.11.2020

Des nouvelles de : LES TORONTO RAPTORS N'OUBLIENT PAS NANDO DE COLO

Les Toronto Raptors conservent leurs droits prioritaires sur Nando De Colo. Bien implanté en EuroLeague depuis 2014, Nando De Colo (1,96 m, 33 ans) a toujours une porte ouverte en NBA, chez les...
En savoir plus
Des nouvelles de...
19.11.2020

KILLIAN HAYES : "UNE SENSATION VRAIMENT UNIQUE"

Killian Hayes est revenu sur sa Draft par les Pistons de Détroit dans les médias. Sélectionné en 7e position de la Draft NBA, Killian Hayes a connu l'effervescence médiatique de cette soirée...
En savoir plus
Des nouvelles de...
19.11.2020

Killian HAYES est le 6ème joueur formé à l’Académie Gautier CB à être drafté en NBA

Cette nuit, lors de la Draft NBA 2020, Killian Hayes a été drafté par les Detroit Pistons en 7ème position (et devient le français drafté le plus haut de l'histoire). Il est le 6ème joueur formé...
En savoir plus