ITW Lamine Kante : "Prouver que je sais jouer au basket"

10.08.2015

Lamine KANTÉ (2,01 m, 28 ans) a signé récemment en faveur du promu, Monaco. Une occasion rêvée pour lui de se relancer après deux saisons compliquées qu’il a accepté de décrypter avec nous.

Lamine, tu as vécu deux dernières apparitions délicates en Pro A du côté de Cholet et Limoges. Comment expliques-tu le fait que tu ais cherché à te relancer à chaque fois à Poitiers ?

Je tiens avant tout à préciser quelque chose : les gens ont une image de moi comme un mec venant en présaison en étant hors de forme et pas très sérieux… Mais je ne suis pas du tout comme ça ! Mon rêve était de devenir basketteur professionnel alors je respecte beaucoup ce statut et je suis conscient de la chance que j’ai. Donc ça me déplait que les gens pensent ça de moi.

Après en ce qui concerne ma saison à Cholet, initialement j’avais signé pour deux ans et ol y a eu un changement de coach avec l’arrivée de Laurent Buffard.  Je pouvais très bien rester deux ans mais Poitiers m’a montré de l’intérêt en proposant un challenge intéressant alors je suis parti.

Par rapport à Limoges, j’avais signé également pour deux ans. Fred Forte m’informe que je vais être prêté la première année en Pro B du côté de Roanne et je signe donc mon contrat de prêt en faveur de la Chorale. Mais au dernier moment le président me rappelle pour me dire que je reste finalement au CSP. J’étais content car je m’imaginais déjà jouer pour ce grand club et connaître l’Euroleague. Seulement, Fred Forte m’a fait revenir car il craignait le départ de Nobel Boungou-colo. Puis au mois d’août, j'apprends dans le bureau du président que je peux rester dans le club pendant deux ans si je veux mais que je ne jouerai pas ! Par la suite, le mot est passé dans la presse comme quoi j’étais blessé mais en réalité, je n’avais rien. Moi, je suis un être humain comme tout le monde alors j’ai patienté mais après quand Poitiers m’a rappelé au mois de décembre, j’ai foncé bien entendu. Je n’ai jamais pu en discuter avec le coach de l’époque; Jean-Marc Dupraz, car en réalité il n’avait pas les rênes de l’équipe. C’est le président qui modulait le groupe.

Poitiers, c’est un club que je connais bien, avec qui j’ai vécu de super moments,. Alors je savais quand jouant pour le PB, je pourrais me relancer.

Tu as déclaré en juin dernier dans La Nouvelle République que tu ressentais un peu d’amertume après la façon dont l’histoire s’est terminée entre toi et Poitiers…

Les gens l’ont mal interprété. Aujourd'hui, Poitiers n’a pas énormément de budget et du coup Ruddy Nelhomme a décidé de me sacrifier. Mais en même temps; on ne m'a jamais réellement demandé mes prétentions salariales donc c’est compliqué… J’aurais aimé plus de franchise et plus tôt. Après, je ne vais pas critiquer Ruddy car c’est quelqu’un de bien et un très bon coach malgré ce qui s’est passé. J’ai vraiment passé de superbes années à Poitiers.

Avec Cholet et Limoges, tu n’as pas pu mener à bien tes deux dernières sorties en Pro A ? Comment as-tu vécu ces saisons ?

Très dures moralement. Beaucoup de remises en question, à savoir si j’avais le niveau ou pas pour jouer en ProA… Ce fut très compliqué,mais je suis un battant et je veux prouver que je sais jouer au basket.

Maintenant, tu rejoins un promu dans l’élite en signant avec le club de la Principauté, Monaco. Qu’est ce qui a motivé ton choix ? Tu avais d’autres propositions ?

Oui, j’ai eu d’autres propositions venant de Pro B mais je souhaitais vraiment jouer pour une équipe de Pro A. Quand j’ai su que Monaco s’intéressait à moi, j’ai regardé ce qu’ils me proposait. Ça me convenait bien alors j’ai signé.

Quand on voit le recrutement de Monaco, l’objectif est évidemment plus que le maintien ?

Oui, c’est sûr. On va essayer d’aller le plus loin possible car il faut être honnête, on a une bonne équipe qui peut largement se maintenir. Mais seul le terrain parlera alors n’imaginons rien pour l’instant.

Tu as pu discuter avec ton nouveau coach, Zvezdan Mitrovic, sur ton futur rôle ?

Oui, on m’a proposé un rôle de sixième homme pour 15-20 minutes sur le parquet. Après, moi je ne fonctionne pas comme ça car je me dis que si je joue bien, pourquoi il ne me laisserait pasur le terrain ? Alors on verra !

(Source : BeBasket)

Autres actualités

Jeep® ÉLITE
10.08.2015

Les souvenirs de Patrick Gautier à la tête d'Angers BC

"Patrick Gautier laisse cette saison son fauteuil de président du club angevin. Mais en restant disponible dans la structure"Pour lire les articles de presse, cliquez-ici.
En savoir plus
Jeep® ÉLITE
10.08.2015

Rudy Gobert et Nando De Colo en forme avec l'Équipe de France

Les anciens choletais Nando DE COLO et Rudy GOBERT ont réalisé deux belles performances lors des matches de l'Équipe de France ce week-end.Lors de la victoire face à la Serbie (78-65),...
En savoir plus
Jeep® ÉLITE
10.08.2015

ITW Vidéo : Kévin Seraphin parle de son arrivée aux New York Knicks

Dans un entretien vidéo pour le site des New York Knicks, Kévin SERAPHIN est revenu sur sa signature à New York.« On regardait les meilleures opportunités, et on a eu pas mal d’offres. Il...
En savoir plus