Vous êtes ici

Marcus Williams
Marcus Williams
Meneur
31
Né le : 03 décembre 1985
A : Los Angeles
Taille : 1m91
Poids : 101kg
Nationalité : Américaine
Université : Connecticut
Situation de famille : ar
twitterinstagram
- 2016/2017 : KK Buducnost Voli Podgorica (Monténégro – Erste Liga et Ligue Adriatique). Après la Serbie, Williams poursuit son tour d'Europe et s'engage avec le champion du Monténégro, qui prend par à l'Eurocup. Pour l'Américain, l'occasion est bonne de retrouver du temps de jeu, même s'il se montre inconstant en championnat, malgré une vision du temps restée immaculée (12 passes contre Zadar, 10 contre le KRKA Novo Mesto et Skopje). Suffisant pour intégrer le top 3 des meilleurs distributeurs de la Ligue Adriatique (3e avec 6,1 points), d'autant qu'il se montre pour une fois en verve à deux points (10,3 points à 50,4 %). Il est également l'auteur d'un carton offensif en Eurocup, face au Zenith Saint-Pétersbourg (27 points à 10/14 à 2 points et 6 rebonds pour 34 d'évaluation en 31'), et la perf est relativement représentative de son rendement dans la compétition (12,3 points ; 5,1 passes ; 1,3 rebond en 26'). Il quitte finalement le Monténégro en mars, avant de rejoindre Cholet Basket au pas de course... quelques heures seulement avant d'affronter Le Mans. Lors du derby remporté haut la main par CB, il fait déjà forte impression, en délivrant notamment une passe de génie pour MJ Rhett (autre nouvel arrivant), qui fit chavirer la Meilleraie. En 9 matches disputés avec CB, il alternera le bon et le moins bon (8,3 points à 40% à 2 points ; 3,4 passes ; 2,0 rebonds en 23').

- 2015/2016 : Etoile Rouge de Belgrade (Serbie-KLS et Ligue Adriatique). Après avoir en vain tenter de rebondir en NBA, il se réengage finalement avec le club serbe, début novembre. Il n'aura guère le temps de se remettre dans le rythme, puisqu'il ne dispute que 3 rencontres de Ligue Adriatique, avec un bilan famélique (3,3 points ; 2,7 passes ; 1,7 d'évaluation en 13'). En autant de rencontres, il n'est guère plus convaincant en Euroligue (5,0 points à 18% à 3 points ; 5,3 passes pour 5 d'évaluation en 14'). Conséquence : il quitte le club dès le mois de décembre, et ne rejouera plus de la saison.

- 2014/2015 : Etoile Rouge de Belgrade (Serbie-KLS et Ligue Adriatique). Dans ce bastion historique du basket, il rentre dans l'histoire de son sport, et dans celle de l'Euroligue en particulier. Le 21 novembre, il délivre en effet 17 passes décisives lors d'une défaite après deux prolongations face à Galatasaray, battant ainsi le précédent record de 15 passes détenu par l'ex-Choletais John Linehan. Il sera finalement devancé en novembre 2015 par Stefan Jović (son coéquipier d'alors, à Belgrade...), qui en distribuera 19. Pour le reste, Williams aura alterné entre l'excellent (23 points, 4 rebonds et 6 passes contre Neptunas) et le moins bon. Mais sa campagne d'Euroligue, marquée par une place au top 16, restera saine (9,7 points à 29% à 3 points ; 6,1 passes pour 10,7 d'évaluation en 25'). En Ligue Adriatique, après qu'il eut signer deux double-doubles et que son club se soit classé en tête de la saison régulière, il s'éteint quelque peu en playoffs, malgré un succès en finale contre le Cedevita Zagreb. En prime, mais plus modestement, Williams s'offre le championnat de Serbie, où il est logiquement moins sollicité (7,4 points et 3,8 passes), et la Coupe de Serbie.

- 2013/2014 : Lokomotiv Kuban (Russie-PBL). Après une première belle expérience en Euroligue avec Malaga, il formule le souhait de devenir l'un des meilleurs meneurs de la compétition. Il est vrai qu'il est devenu maître dans l'art du pick-and-roll. Mais après un départ canon en Euroligue (23 points et 7 rebonds en 29' contre l'Etoile Rouge de Belgrade), il marque le pas, et est globalement en-deçà de ses standards et de ses capcités (7,3 points à 41% à 2 points ; 3,8 passes pour 6,9 d'évaluation en 22'). Il est plus à son aise en VTB League (10,7 points à 41,7% à 3 points ; 4,5 passes pour 10,9 d'évaluation en 27'), où en plus de se montre impeccable sur la ligne des lancers (87%), il emmène sa formation jusqu'en quarts de finale. Des playoffs au cours desquels il pose des problèmes eu CSKA Moscou (24 points à 4/6 à 3 points lors du match 2), mais en vain. Idem en finale en Coupe de Russie.

- 2012/2013 : Unicaja Malaga (Espagne-Liga Endesa). Voilà la première grosse expérience européenne de sa carrière, qui lui assure de disputer l'Euroligue. A l'échelle espagnole, le club manque sa saison (9e), avec un Williams mi-figue, mi-raisin (8,8 points à 27 % à 3 points ; 2,4 rebonds ; 3,3 passes pour 8,1 d'évaluation en 22'). Paradoxalement, c'est en Euroligue, donc, à laquelle son club est habitué depuis 2000, qu'il se montre le plus à l'aise. Il se rappelle même au bon souvenir de la Russie, en terrassant à lui seul le CSKA Moscou (28 points à 6/12 à trois points, 3 rebonds et 4 passes en 32'). Malaga, malgré un bon Williams (10,5 points à 37% à 3 points ; 2,7 rebonds ; 3,3 passes en 21'), ne pourra s'extraire du top 16.

- 2011/2012 : Unics Kazan (Russie-PBL), puis Nanjing (Chine-CBA). En Russie, alors qu'il est pressenti pour disputer la saison aux côtés de l'ex-Choletais Terrell Lyday, il ne dispute finalement que la pré-saison. La suite se déroule non loin de là, en Chine, mais vit une saison compliquée, au sein d'un roster peu qualitatif (11,1 points ; 3,2 rebonds ; 3,8 passes). En outre, il forcera beaucoup (25% à 3 points).

- 2010/2011 : Enisey Krasnoyarsk (Russie-PBL). Au sein d'une formation qui n'a encore qu'un maigre passif dans l'élite russe, Williams va constituer le moteur principal. Meilleur passeur du championnat (avec 6,8 passes), il est également le vecteur offensif majeur de son équipe. Après avoir échoué à qualifier son club pour la Fiba Europe Cup, il conduit en revanche ce dernier jusqu'aux playoffs, pour la première fois de son histoire. En effet, il retrouve son shoot (8/13 à 3 points contre Nijni Novgorod ; 37 % derrière l'arc sur la saison), et fait valoir sa science du jeu, sans doute plus en phase avec le basket du Vieux Continent (16 passes contre Triumph Moscou !). Bref, une vraie bonne saison (15,3 points ; 3,6 rebonds ; 6,8 passes pour 15,9 d'évaluation en 32'), marquée par une nomination dans le meilleur cinq étranger.

- 2009/2010 : Memphis Grizzlies (NBA). De retour en NBA, il part dans un rôle de doublure de Mike Conley à la mène, aux côtés de Marc Gasol ou encore son ex-coéquipier de la Team USA, Rudy Gay. Malgré une capacité évidente à mettre en musique, il reste abonné à ce rôle de l'ombre, malgré quelques mises en lumière (17 points et 6 passes en 24' contre Utah ; 16 points et 5 passes contre Boston), mais se montre trop inconstant au tir (29,6% à 3 points). Son aura de rookie s'est par conséquent dissipé (4,3 points ; 2,6 passes ; 1,5 rebond en 14' ; 62 matches disputés).

- 2008/2009 : Golden State Warriors (NBA), puis Pirates de Quebradillas (Porto Rico-BSN) Hélas pour Williams, le départ des Nets n'est pas synonyme de nouvel élan. Il est en effet barré par Jamal Crawford et par le rookie C.J Watson. Dès lors, il peut compter les minutes passées sur les doigts d'une main : en 9 matches disputés, il ne jouera pas une seule fois plus de 9 minutes. Collectivement, la saison est également à oublier (1,3 point à 23 % à 2 points ; 0,4 rebond ; 1,4 passe en 5'). Il quitte la franchise en mars (il n'a alors plus joué depuis janvier) et s'engage en avril avec les Pirates de Quebradillas, à Porto Rico. Il s'y éclate totalement, et engrange confiance, cartons offensifs (44 points contre Carolina, 32 contre Santurce), et records de passes (19 contre Caguas !!). En 4 mois, il accumulera 1 triple-double et 10 double-doubles (16,8 points à 40 % à 2 points ; 4,8 rebonds ; 1,0 interception en 33'), terminera meilleur passeur (9,0 passes) et sera logiquement élu meilleur joueur de l'année, avant de disputer la Summer League de Las Vegas avec Memphis.

- 2007/2008 : New Jersey Nets (NBA). Pour les Nets, c'est la saison manquée par excellence. Pour la première fois en 7 ans, la franchise ne valide pas son ticket pour les playoffs, et Jason Kidd demande même à être transféré en cours de saison ! Pour Williams, en revanche, le départ de Kidd vers Dallas signifie un gain de responsabilités et de temps de jeu. Une confiance qu'il justifie face à Chicago (25 points à 50 %), puis Indiana (13 passes en 34'). Hélas, la fin de saison est synonyme de nouvelle ère du côté des Nets. Williams, malgré une saison correcte (5,9 points à 38 % à 3 points ; 2,6 passes en 16' ; 53 matches disputés), est transféré à Golden State.

- 2006/2007 : New Jersey Nets (NBA). Lancé dans le grand bain de la NBA, il retrouve Josh Boone, qui fut son coéquipier à UConn, mais devient surtout la doublure de l'immense Jason Kidd, qui représente un modèle pour lui. Ses grands débuts sont honnêtes, en témoigne ce très joli ratio offensif face à Phoenix (27 points en seulement 18'). Sa deuxième partie de saison sera moins productive, même s'il met à profit ses talents de passeur pour ravitailler les scoreurs des Nets (9 points et 10 passes contre les Spurs). Il sera très peu utilisé en playoffs, pendant lesquels les Nets sortent d'abord Toronto (4-2), avant de plier en demi-finale de conférence face à Lebron James et Cleveland. Pour Williams, le premier galop d'essai en NBA fut très formateur (6,8 points à 40 % à 2 points ; 2,1 rebonds ; 3,3 passes en 16' ; 79 matches disputés) et remarqué : le voilà d'ailleurs intégré à la 2e équipe-type des rookies.

Formation : Ce passeur inné, dont la main gauche est un régal pour les yeux, rejoint Crenshaw en high school. Dès son "9th grade" (vers 14-15 ans), il reçoit des propositions des plus grandes universités (UCLA, Arizona, Georgia Tech,...) en vue d'intégrer la NCAA. Afin de mieux préparer son entrée à la fac, il fait le choix de signer à Oak Hill Academy (Virginie), connu pour son célèbre programme basket. Loin de chez lui, il y connaît des premières semaines très compliquées, en raison notamment du dépaysement. Finalement, il entre à l'université du Connecticut, et entre de plain-pied en NCAA.

Dès sa première année, il bénéficie d'une quinzaine de minutes de temps de jeu, mais est suspendu une partie de la saison, et ne vit le sacre national de sa fac que par procuration. Mais déjà, il fait montre de son sens aigu de la passe (2,3 points ; 4,3 passes). La saison suivante, il fait mieux que confirmer, et est élu meilleur progression de la Big East Conference, pourtant très relevée. Des promesses qui lui valent d'intégrer le Team USA en vue des championnats du Monde espoirs en Argentine. Il y joue certes un rôle plutôt modeste, aux côtés des Rajon Rondo ou encore Rudy Gay (4,1 points ; 4,1 passes ; 1,1 rebond), mais lâche quelques caviars bien sentis (10 passes face au Nigera ; 17 points contre la Lituanie). Les Etats-Unis termineront cinquièmes de la compétition.

En 2006, à la sortie de sa 3e année universitaire, Williams est ainsi considéré comme l'un des meilleurs espoirs à la mène, mais continue en coulisses de faire parler de lui. De nouveau suspendu en cours de saison 2005-2006, il termine pourtant l'exercice avec un bilan honorable (12,3 points et 8,6 passes), et un remarquable pourcentage à 3 points lors du tournoi final NCAA (55 %). Sur ses trois années, il présente aussi la meilleure moyenne de passes qu'UConn ait jamais connue... Williams est alors référencé comme un joueur certes peu athlétique, mais qui a su aiguiser son sens du jeu et de la passe, notamment en regardant les matches NBA. Une NBA qu'il rejoint au printemps 2006, en étant drafté en 22e position par les New Jersey Nets.

Biographie : Marcus Williams (de son nom complet Marcus Darell Williams) fait ses débuts dans le basket à l'âge de 4 ans, dans les jupons de son père, Kelly Williams, qui a joué dans les ligues locales du côté de Los Angeles. A 10 ans, il rejoint une équipe de l'Amateur Athletic Union (AAU) dont le coach... est justement son père. Marcus Williams eut des démêlés avec la justice alors qu'il était à la fac. En 2003, il sera par exemple suspendu par Jim Calhoun, le coach d'UConn, pour mauvaise conduite et mauvais résultats scolaires. Deux saisons plus tard, il sera accusé puis jugé du vol d'ordinateurs portables au sein du campus. Au printemps 2015, il est suspendu par la NBA après des contrôles positifs à la Marijuana. Son surnom est "Mr Iso".
- 2017/2018 : Sacramento Kings (NBA), puis Reno Bighorns (NBA G-League)
- 2016/2017 : KK Buducnost Voli Podgorica (Monténégro–Erste Liga, jusqu'en mars), puis Cholet Basket (Pro A)
- 2014/2016 : Crvena Zvezda Telekom Beograd (Serbie-KLS)
- 2013/2014 : Lokomotiv Kuban (Russie-PBL)
- 2012/2013 : Unicaja Malaga (Espagne, Liga Endesa)
- 2011/2012 : Unics Kazan (Russie-PBL), puis Nanjing (Chine-CBA)
- 2010/2011 : Enisey Krasnoyarsk (Russie-PBL)
- 2009/2010 : Memphis Grizzlies (NBA)
- 2008/2009 : Golden State Warriors (NBA), puis Quebradillas Pirates (Porto Rico-BSN)
- 2006/2008 : New Jersey Nets (NBA)
- 2003/2006 : Université du Connecticut (NCAA)
- 2002/2003 : Oak Hill Academy

Equipe nationale :
- 2005 : Sélection en équipe des Etats-Unis U21 et participation au Championnat du Monde en Argentine
- 2014/2015 : Champion de Serbie
- 2014/2015 : Vainqueur de la Coupe de Serbie
- 2014/2015 : Champion de la Ligue Adriatique
- 2013/2014 : Finaliste de la Coupe de Russie
- 2010/2011 : Meilleur passeur du Championnat de Russie
- 2008/2009 : Élu joueur de l'année au Porto Rico par latinbasket.com
- 2006/2007 : NBA All Star Game All-Rookies Team
- 2003/2004 : Champion NCAA
2016/2017 : Pro A - Meneur
11
05
17
10x15_video_cb.jpg
CB -ProA 2016/2017
Cholet Basket vous propose de revivre la rencontre qui opposait Cholet à Monaco le 9 mai 2017.
13
04
17
CB -ProA 2016/2017
Cholet Basket vous propose de revivre la rencontre qui opposait Cholet à Nanterre le 11 avril 2017.
04
04
17
10x15_video_cb-msb.jpg
CB -ProA 2016/2017
Cholet Basket vous propose de revivre la rencontre qui opposait Cholet au Mans le 2 avril 2017.
152960
Cholet Basket - Le Portel (16/05/2017)
152837
Cholet Basket - AS Monaco (09/05/2017)
152774
Cholet Basket - ASVEL (02/05/2017)
152572
Tournoi des Quartiers 2017 (19/04/2017)
152571
Cholet Basket / Nanterre (11-04-17)
Année / Equipe MJ Min Tr2 / Tt2 % Tr3 / Tt3 % Lfr / Lft % Ro / Rd Moy Pts Moy Int / Co BP / PD Eval
Cholet Pro A / / / / / /