Vous êtes ici

Olivier AllinÉi
Olivier AllinÉi
Meneur
8
Né le : 14 février 1969
A : Cannes (06)
Taille : 1m91
Nationalité : Française
Situation de famille : Marié et père de 3 enfants
On le croit bien souvent biberonné à CB. C'est vrai, et faux en même temps. Car si Olivier Allinéi est à classer parmi les têtes de gondole de cette fameuse " génération Rigaudeau" qui a donné à Cholet certaines de ses plus belles lettres de noblesse, le meneur de jeu fut d'abord formaté à Golfe-Juan, où il démarre le basket à l'âge de 5 ans seulement, "en suivant le grand frère. À force de jouer sur le côté à faire suer tout le monde, on m'a dit de venir jouer carrément", rigole-t-il aujourd'hui. Dans le Sud, il évolue jusqu'en N3, avant d'aller tenter l'aventure en NCAA, de l'autre côté de l'Atlantique. Un choix rare à l'époque. Mais à Allegheny College, le jeune Français se façonne un mental de guerrier et une vision du jeu en béton. Son retour dans l'Hexagone est alors mis à profit par CB, qui le fit signer immédiatement un premier contrat professionnel. À 19 ans seulement, et dans la continuité d'un service militaire dispensé au très réputé Bataillon de Joinville.

Son premier challenge : exister dans l'ombre du géant Rigaudeau. Ainsi, il doit attendre la 9e journée de la saison 1989-90 pour goûter quelques minutes à la lumière. Ce qu'il fit avec brio, en profitant de l'absence pour blessure du "Roi", mais en claquant tout de même 15 points lors d'une victoire aisée de CB à Tours. Expérience qu'il sait renouveler en Coupe Korac, même si CB connaîtra une issue très différence, lors d'un déplacement à Saragosse. Mais pour Allinéi, qui achève donc une saison de formation, tout est bon à prendre.

Sa deuxième saison sur les bords de Moine ne change pas sur la forme. Elle évolue néanmoins sur le fond, puisque le Sudiste améliore considérablement son rendement d'assists (7 devant Limoges, Roanne, ou encore Le Mans). La passe lumineuse restera dès lors, et pendant toute sa carrière, sa marque de fabrique. En parallèle, il se lie d'amitiés avec Eric John, qu'il recroisera bien plus tard sur les parquets de Nationale 2...

La saison 1991-92 est celle son éclosion. d'abord parce qu'elle contribue à emmener CB à proximité des toits européens (victoire contre Saragosse, demi-finale de Korac contre Pesaro), tout en prenant lui-même incontestablement du poids, offensivement parlant (16 points contre Pau en mars 1992, son record en Pro A).

Blessé une partie de la saison 1992-93, il bute, tout comme CB dans son ensemble, sur les dernières marches de Pro A. Là demeurera son plus grand regret : ne pas avoir su apporter un titre au club des Mauges. Une quête de trophées qu'il saura pourtant assouvir...avec l'équipe de France. Après avoir enfilé le maillot tricolore pour la première fois en 1992, à l'occasion d'une tournée des Bleus (où évolue aussi Rigaudeau) aux Etats-Unis (1 match joué, 2 points inscrits), où il incarne la nouvelle vague. Celle qui doit emmener les Bleus jusqu'aux JO d'Atlanta. Lui n'ira pas jusque-là, mais conquiert néanmoins la médaille d'or des Jeux Méditerranéens en 1993.

La suite de sa carrière est faite de hauts et de bas, jusqu'à ce qu'un genou douloureux ne le contraigne à mettre fin à sa carrière professionnelle, à 33 ans, au terme de quatre saisons pourtant très pleines sous la bannière de l'Hermine de Nantes. Passionné par le bois, il envisage une reconversion dans l'ébénisterie, mais se voit refusé à l'entrée de l'école Boulle. " Trop vieux ", justifiera-t-il ensuite. En parallèle, il signe à Saint-Léonard, club avec lequel il signe un formidable baroud d'honneur, en Nationale 2. On le croit définitivement retiré des parquets en 2008, au terme d'une victoire en Coupe de l'Anjou avec l'équipe réserve d'un club angevin. En réalité, il refoule à l'occasion les parquets, en 2009. Christophe Henry, le coach léonard, le fait alors évoluer... au poste de pivot. " Parce que j'avais pris du poids et que je ne courrais plus ", rigole-t-il. Depuis 2007, l'ex-meneur choletais est géant de l'entreprise Cogné, à Beaucouzé, qu'il a rachetée.
- 2002/2006 : ES St Léonard Angers (N2)
- 1998/2002 : Nantes (Pro B)
- 1997/1998 : Montpellier (Pro A)
- 1995/1997 : Besançon (Pro A)
- 1994/1995 : Strasbourg (Pro A)
- 1989/1994 : Cholet Basket (Pro A)
- 1986/1989 : Allegheny (NCAA2)
- 1984/1986 : Golfe Juan (N3)

Equipe de France :
- 1993 : Sélection en Equipe de France et Participation au Championnat d'Europe en Allemagne
- 1992 : Sélection en Equipe de France
- 1993 : Médaillé de Bronze aux Jeux Méditerranéens en France
1993/1994 : Pro A - Meneur
1992/1993 : Pro A - Meneur
1991/1992 : Pro A - Meneur
1990/1991 : Pro A - Meneur
1989/1990 : Pro A - Meneur
Année / Equipe MJ Min Tr2 / Tt2 % Tr3 / Tt3 % Lfr / Lft % Ro / Rd Moy Pts Moy Int / Co BP / PD Eval
1989/1990 Cholet N1A 34 18 51 / 105 48 14 / 49 28 41 / 64 64 21 / 37 1 185 5 0 / 0 2 / 3 5
1990/1991 Cholet N1A 30 17 37 / 89 41 8 / 26 30 38 / 56 67 10 / 38 1 136 4 0 / 0 2 / 2 4
1991/1992 Cholet N1A 29 20 53 / 110 48 5 / 21 23 44 / 63 69 5 / 38 1 165 5 1 / 0 2 / 3 6
1992/1993 Cholet ProA 23 23 57 / 114 50 13 / 32 40 69 / 90 76 5 / 25 1 222 9 1 / 0 2 / 3 9
1993/1994 Cholet ProA 25 21 26 / 64 40 7 / 40 17 40 / 55 72 9 / 36 1 113 4 1 / 0 1 / 3 5
1989/1990 Cholet N1A 34 18 51 / 105 48 14 / 49 28 41 / 64 64 21 / 37 1 185 5 0 / 0 2 / 3 5
1990/1991 Cholet N1A 30 17 37 / 89 41 8 / 26 30 38 / 56 67 10 / 38 1 136 4 0 / 0 2 / 2 4
1991/1992 Cholet N1A 29 20 53 / 110 48 5 / 21 23 44 / 63 69 5 / 38 1 165 5 1 / 0 2 / 3 6
1992/1993 Cholet ProA 23 23 57 / 114 50 13 / 32 40 69 / 90 76 5 / 25 1 222 9 1 / 0 2 / 3 9
1993/1994 Cholet ProA 25 21 26 / 64 40 7 / 40 17 40 / 55 72 9 / 36 1 113 4 1 / 0 1 / 3 5