Euroleague : 12 français sur la ligne de départ

11.10.2018

Les 12 Français engagés en EuroLeague ont de belles responsabilités pour cette saison 2018/19.

La saison 2018/19 d'EuroLeague débute ce jeudi 11 octobre. S'il n'y a toujours pas de club français engagé dans la compétition - la dernière année avant l'intégration de l'ASVEL en 2019/20 ? -, 12 joueurs sont inscrits dans la compétition avec des rôles souvent importants.

  • Edwin Jackson (1,90 m, 29 ans) : arrière de Budućnost Podgorica

Edwin Jackson se retrouve dans la situation où il a toujours excellé : quand il est mis au centre de l'attaque de son équipe. Chez le champion 2018 de la Ligue adriatique, le Lyonnais risque d'avoir les meilleures statistiques de sa carrière en EuroLeague, lui qui a goûté à ce niveau avec Barcelone et Malaga (44 matchs). Reste à connaître la compétitivité de son équipe. 

  • Kim Tillie (2,11 m, 30 ans) : intérieur de Gran Canaria

Après une saison galère à l'Olympiakos, Kim Tillie retrouve l'Espagne et va apporter son expérience de l'EuroLeague à une équipe qui découvre ce niveau. Il ne faut s'attendre à des cartons mais toujours à son éternel travail de l'ombre : de la défense, du rebond, du spacing, un état d'esprit irréprochable.

  • Léo Westermann (1,96 m, 26 ans) : meneur du Zalgiris Kaunas

Comme Tillie, Westermann a rejoint une grosse cylindrée (CSKA Moscou) à l'été 2017 mais n'a pas pu s'exprimer, la faute à une grosse blessure en ayant entraîné une autre. Jamais à 100% après son premier retour, il s'est fait opérer d'une hernie discale et s'est longuement rééduqué. Il revient dans un club où il s'est épanoui en 2016/17 et surtout sous les ordres d'un coach qui l'adore. Idéal.

Après la déception du Final Four 2018, le CSKA Moscou a conservé une équipe et un staff plutôt similaire. Une assurance pour Nando De Colo qui devrait rester parmi les joueurs les plus efficaces de cette compétition où il excelle.

 

  • Joffrey Lauvergne (2,11 m, 27 ans) : pivot du Fenerbahçe Istanbul

Après trois ans et demi sans saveur où il n'a jamais réussi à durablement s'installer dans une franchise, Joffrey Lauvergne revient en EuroLeague, un championnat lui correspondant sans doute mieux. Sur place, il pourrait retrouver son âme de guerrier en formant une doublette redoutable au poste 5 avec Jan Vesely. Sur le papier, le Fenerbahçe, qui a conservé ses cadres mais aussi recruté l'ex-NBAer Tyler Ennis, est peut-être le favori de la compétition.

  • Adrien Moerman (2,03 m, 30 ans) : intérieur de l'Anadolu Efes Istanbul

Utilisé inégalement au FC Barcelone, Adrien Moerman revient en Turquie où sa cote est plus élevée. Dans le souvent très décevant club de l'Anadolu Efes Istanbul, il devrait avoir des responsabilités plus élevées et donc être en mesure de s'exprimer. Depuis sa saison à Banvit en 2015/16, il a du mal à confirmer. Peut-être que comme Edwin Jackson, il a besoin d'être dans le haut de la hiérarchie pour être efficace.

  • Thomas Heurtel (1,89 m, 29 ans) : meneur du FC Barcelone

Toujours capable de sortir de gros matchs de haut-niveau, Thomas Heurtel a conduit le Barça à un titre : la Copa del Rey. Mais le club catalan espère mieux et surtout faire les playoffs en EuroLeague. Pour cela, il a investi avec notamment l'arrivée du meneur Kevin Pangos, poste 1 de Kaunas ces deux dernières années. Brillant en Lituanie, il pourrait faire baisser les responsabilités d'Heurtel. Mais en échange de médailles, l'Héraultais devrait y gagner au change.

On l'avait presque oublié après 8 mois sans jouer, à cause de ses genoux. De retour en Europe à l'été 2017, le Guyanais a montré de bonnes dispositions en EuroLeague où ses entrées en jeu pouvaient se révéler décisives en attaque. Mais il a été coupé dans son élan. Reste à savoir s'il parviendra à rester en forme durablement. Si c'est le cas, il sera très complémentaire du longiligne Ante Tomic au poste 5.

 

  • Axel Toupane (2,01 m, 26 ans) : ailier de l'Olympiakos Le Pirée

Comme plusieurs joueurs du Zalgiris Kaunas 2017/18, il a été vite très courtisé. Il se retrouve à l'Olympiakos avec comme coach David Blatt. Une belle évolution pour ce poste 3 qui, on le sait, peut défendre très fort, mais a également un tir dangereux et peut se révéler redoutable en transition.

Vainqueur de l'EuroLeague et champion d'Espagne l'an passé pour sa première saison en EuroLeague, le Breton veut enchaîner et continuer à engranger des trophées. Le Real a perdu Luka Doncic mais récupère Sergio Llull pour toute la saison. Le reste de l'effectif est stable et Causeur aura l'occasion de se mettre en évidence.

 

 

  • Vincent Poirier (2,13 m, 24 ans) : pivot de Vitoria

Après une belle première saison à Vitoria, Vincent Poirier espère prendre encore un peu plus d'ampleur en EuroLeague. Machine à dunk, ce poste 5 est doté de bonnes mains. S'il n'a pas trop de problèmes de fautes et un temps de jeu un poil plus important, il devrait être en mesure de compiler quelques double-doubles. 

Du talent, "Roddy" n'en manque pas. Après deux saisons de qualité à Vitoria, il a monnayé son talent à l'Anadolu Efes Istanbul où il devrait continuer à faire de belles sorties individuelles. Reste à savoir si cela conduire le club stanbouliote à plus de victoires que d'habitude.

 

Source : BeBasket

Pour lire l'article paru dans le journal L'Équipe du vendredi 9 octobre 2018, cliquez-ici.

Autres actualités

Euroleague
15.02.2013

Menace sur la France (Euroleague)

"Le médiocre exercice européen des clubs français pourrait leur coûter la place garantie en Euroligue la saison prochaine."Pour lire la suite de l'article paru...
En savoir plus
Euroleague
29.09.2011

Défaite de CB 70-77 face au Cibona Zagreb

1er quart temps : 21-20 Bryan Chaise ouvre la marque pour Zagreb sur lay up en pénétration. Vebobe répond par une claquette dunk. Les choletais s’appliquent à...
En savoir plus
Euroleague
29.09.2011

Les choses sérieuses commencent

Cholet Basket est à Vilnius en Lituanie pour participer au Tour Préliminaire de l’Euroleague 2011-12 sous forme de tournoi. La formation des Mauges va débuter ce jeudi 29...
En savoir plus