Jonathan AUGUSTIN-FAIRELL

Intérieur
Jonathan
AUGUSTIN-FAIRELL
photo_joueur
6
AUGUSTIN-FAIRELL
retrouvez Jonathan AUGUSTIN-FAIRELL sur ses réseaux sociaux
1818Minutes
77points marqués
4.714.71rebonds
0.570.57passes décisives
6.716.71evaluation
Moyenne sur la saison
en savoir plus
22 juin 1993
Miami, Floride, États-Unis
Bahaméenne
2m01
114kg
Murray State (NCAA)
  • présentation
  • carrière
  • palmarès
  • saisons à CB
  • Diplômes
  • statistiques
- 2017/18 : Blois (Pro B). Lors de sa signature, son coach Mickaël Hay le décrit ainsi : « Jonathan est un ''petit taureau'' capable de déployer beaucoup d’intensité et d’énergie sur un parquet. Il sort d’une première saison en Pro B très solide. Il est encore très jeune et dispose donc d’une bonne marge de progression, notamment en termes de canalisation de son énergie et de la connaissance du jeu. Le public blésois devrait l’apprécier ! » Sa première grosse saison en France lui ouvre en effet les portes d'un bastion du basket hexagonal, où il va de suite faire admirer sa densité physique. Membre à part entière du cinq majeur blésois, son rendement au rebond (4 fois 10 prises ou plus sur les 7 premières journées) conduit l'ADA en tête du championnat. Lors de la folle série hivernale des hommes en vert (1 seule défaite en 15 matches), il montre l'exemple par sa régularité (12,5 points et 6,3 rebonds sur cette période). Même mieux scoutée, son adresse ne flanche guère (55%). Mieux encore : son équipe est sacrée championne de France en fin de saison. Mais sa saison n'est pas terminée pour autant. Jacques Alingue blessé au talon d'Achille du côté de Dijon, il prend part aux deux quarts de finale de playoffs de Pro A avec la JDA, face à Limoges. Deux premières expériences dans l'élite mitigées pour le Bahamien (9 points et 4 rebonds lors du match aller), qui a néanmoins attiré l'attention de régis Boissié, le néo-coach choletais, qui le décrit sous ces termes : « Jonathan est un joueur dur et intense, qui sort de deux très bonnes saisons en ProB, notamment la dernière avec Blois ponctuée par le titre de Champion. Joueur au parcours atypique, il progresse par conséquent de saison en saison et a encore une marge de progression importante. »

- 2016/17 : Rouen (Pro B). Sa première saison dans l'Hexagone est dans la continuité de sa découverte de l'Europe. Aux côtés du futur Choletais Haukur Palsson, il marque une première fois les esprits dès son 3e match sous les couleurs normandes (23 points et 15 rebonds pour 31 d'éval en 42' contre Saint-Quentin). Si sa formation, reléguée de Pro A, connaît des débuts compliqués en championnat, lui se montre tout à fait au niveau. Son hiver est XXL, puisqu'en plus d'intégrer définitivement le cinq majeur rouennais, il gagne en régularité, notamment au tir (24 points à 10/12 contre Saint-Chamond). 10e évaluation du championnat, il est donc l'une des grosses satisfactions de la saison, sans pour autant bénéficier d'un temps de jeu dément (12,8 points à 60% ; 5,8 rebonds pour 14 d'éval' en 23'). Si se formation relève la tête en fin de championnat, elle ne dispute pas les playoffs, néanmoins (11e).

- 2015/16 : BC Hallmann Vienne (Autriche-Bundesliga A). Pour sa première expérience européenne, certes dans un championnat peu relevé, il fait montre d'une belle régularité. Les performances suivent, tant à l'échelle collective qu'individuelle. Au cours de cette saison, il est finaliste de la coupe nationale, vainqueur de la Supercoupe, et demi-finaliste du championnat, tout en devenant all-star du championnat et en devenant le 2e meilleur rebondeur de la ligue (avec 9,2 prises/match). Très dense physiquement, il compile 17 double-doubles en 42 matches de championnat (!) et signe un premier record de carrière détonnant lors d'une victoire aisée contre Klosterneuburg, en compilant 27 points à 10/14 et 16 rebonds en 37 minutes (pour 35 d'éval'). Bref, il convainc, mais s'éteint quelque peu en playoffs, car mieux scouté. Sa saison est néanmoins des plus abouties (14 points à 59 % de moyenne ; 9,2 rebonds ; 3,6 fautes provoquées pour 13,9 d'éval' en 29'), et se suffit à elle seule pour attirer les regards venus de France.

Formation : C'est sur le tard (à 17 ans), qu'il débute le basket. Jusque-là, il pratiqua le football américain, jusqu'à connaître un choc très important avec un coéquipier, lors d'un entraînement. Après des tests organisés dans son école, il choisit finalement la balle orange, mais consent avoir vécu l'arrêt du football comme un "rêve brisé" . Après des passages remarquées à Indian River State en college (66% au tir lors de la saison 2012-2013), Jonathan Fairell a été formé à l’Université de Murray State (NCAA) où il évoluera de 2013 à 2015, signant au passage deux saisons de bonne facture, sans pour autant jouer un rôle majeur dans un effectif plutôt pléthorique (6,8 points et 6,8 rebonds la première saison ; 5,7 points et 7 rebonds lors de la 2e). Mais d'entrée, l'Américano-Bahamien se distingue par sa densité physique, et ses aptitudes au rebond. En 2014, il mènera son équipe en demi-finale de la peu relevée conférence OVC (Ohio Valley Conference), après avoir remporté la saison régulière, tout comme en 2015. Année ou sa formation sera également finaliste du tournoi de la conférence.

Equipe nationale : Jonathan Augustin-Fairell connaît ses premières sélections en équipe bahamienne lors des qualifications pour le Mondial 2019. Deux expériences qui se soldent par deux lourdes défaites. D'abord face à La République Dominicaine (défaite 96-63), où il est peu en réussite (4 points en 18 minutes), puis devant le Canada (113-67).

Biographie : Jonathan Austin-Fairell, selon la volonté de son père, entraîneur, aurait pu devenir joueur professionnel de footballeur américain. Il est diplôme de justice pénale. Il est le 3e Bahamien à fouler les parquets de la Meilleraie, après Ian Lockart et Cedric Miller. Il est issu d'une famille recomposé, puisque son père a eu 6 enfants, et sa mère un seul. C'est par sa mère, née aux Bahamas qu'il dispose d'ailleurs de la nationalité bahamienne. Sa grand-mère maternelle, originaire de Jamaïque, y a en effet travaillé.
- 2018/19 : Cholet Basket (Jeep®ÉLITE)
- 2017/18 : ADA Blois Basket 41 (ProB)
- 2016/17 : Rouen MB (Pro B)
- 2015/16 : BC Hallmann Vienna (Autriche)
- 2013/15 : Murray State University (NCAA)
- 2011/13 : Indiana River State College (Junior College)
- 2018 : Champion de France ProB
- 2016 : Vainqueur de la SuperCoupe Autrichienne
- 2016 : Sélectionné au All Star Game Autrichien
Diplômé en Justice Pénale
Saison
Nom du club
Nom de la compétition
Nombre de matches
Temps de jeu
Nombre de points
Pourcentage aux tirs
Pourcentage aux tirs à deux points
Pourcentage aux tirs à trois points
POURCENTAGE aux LANCERS-FRANCS
NOMBRE DE REBONDS OFFENSIFS
NOMBRE DE REBONDS DÉFENSIFS
NOMBRE TOTAL DE REBONDS
Nombre de contres
Nombre de passes décisives
Nombre d'interceptions
Nombre de balles perdues
NOMBRE DE FAUTES INDIVIDUELLES
évaluation
2018-2019CholetJeep Elite718.4744.3%46.8%0%50%1.92.94.80.40.60.41.62.76.7
2018-2019DenainFrance - Pro B515.67.850%45.2%66.7%62.5%1.42.43.8110.61.63.28.4
2017-2018DijonJeep Elite - Play-Offs213550%44.4%0%66.7%21.53.50010.506
2017-2018BloisFrance - Pro B Leaders Cup Play-Offs22813.563.6%68.4%0%50%3.558.520.51.522.520
2017-2018BloisFrance - Pro B Leaders Cup4249.854.5%50%0%64.3%1.323.30.30.52.52.32.59
2017-2018BloisFrance - Pro B3324.111.859.1%58.6%37.5%61.8%2.64.16.70.61.21.42.1014.8
2016-2017RouenFrance - Pro B Leaders Cup42312.860.4%62.5%33.3%61.5%2.835.80.51.30.82.33.514
2016-2017RouenFrance - Pro B3425.514.558%58%31.6%62.3%2.64.36.90.81.31.12.43.116.1
2015-2016Zepter ViennaAustria - Bundesliga Play-Offs722.310.763.1%69.6%50%47.1%1.64.96.50.70.60.71.93.313.9
2015-2016BC ViennaAustria - Bundesliga Play-Offs722.310.763.1%69.6%50%47.1%1.64.96.50.70.60.71.93.313.9
2015-2016Zepter ViennaAustria - Bundesliga3531.314.760.8%57.5%0%69.3%3.46.49.80.61.20.93.23.618.2
2015-2016BC ViennaAustria - Bundesliga3531.314.760.8%57.5%0%69.3%3.46.49.80.61.20.93.23.618.2